Manger aux Fêtes: adieu culpabilité, bonjour plaisir

Cora Loomis... (Archives La Tribune)

Agrandir

Cora Loomis

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Le temps des Fêtes arrive à grands pas et nombreux sont ceux qui auront une pensée pour leur ceinture qui risque d'être plus serrée à leur retour au boulot au début janvier.

Avez-vous déjà entendu des phrases de ce type? « J'ai un souper de Noël ce soir, alors je ne mangerai pas de la journée pour me garder de la place. » « Ah, je me gâte et je mange plein de carrés de sucre à la crème. Pas grave, je commencerai mon régime en janvier! » « Je vais aller au gym tous les jours pour dépenser tout ce pâté que je viens de manger! »

Selon la diététiste-nutritionniste Cora Loomis, c'est ce type de phrases (et les comportements associés) qu'il faudrait éviter à tout prix dans le temps des Fêtes, bien davantage encore que les pâtés, la dinde, la sauce aux canneberges et les cocktails.

« Oui, on mange plus pendant la période des Fêtes. Il ne faut pas se soucier de ça et embarquer dans les discussions sur le poids, se peser tous les jours, etc. Si on est à l'écoute de son corps et qu'on prend cinq livres pendant les vacances, le corps va s'en débarrasser après les Fêtes, à moins que l'on soit tombé dans les régimes à répétition. Dans ce cas, ça devient plus difficile », avoue Mme Loomis.

Deuxième (et dernière) erreur à éviter à tout prix : se priver de manger toute la journée pour mieux manger à un souper que l'on prévoit copieux.

« Pour moi, il n'y a pas d'interdit. Tout est dans l'équilibre.»

« L'idéal est de manger à des heures régulières, même pendant les vacances », dit-elle.

Il est aussi souhaitable d'écouter ses signaux de la faim - et de ses goûts. Si on n'aime pas le punch, les gâteaux aux fruits ou les fèves au lard, pourquoi en mangerait-on parce qu'il y en a une seule fois par année au menu?

Inutile aussi de manger tout le sucre à la crème « parce qu'on en fait seulement une fois par année. » « Vous savez qu'il y aura encore un Noël l'an prochain? » dit en rigolant Cora Loomis.

Il reste de la dinde sur la table? Et de la purée de pommes de terre? « Pas grave s'il y a des restants! C'est bon, des restants, et ils se congèlent aussi pour manger plus tard! »

Noël et jour de l'An riment aussi avec congés ou vacances pour plusieurs travailleurs. C'est donc un de ces rares moments dans l'année où il est possible de ralentir le rythme quelque peu et de faire des activités inhabituelles comme... aller faire de la raquette, patiner, prendre une grande marche dehors ou simplement aller jouer dans la neige avec les enfants et faire des bonhommes de neige.

« Il ne faut pas bouger dans le but de perdre du poids, mais tout simplement pour équilibrer le tout », nuance Cora Loomis.

En alimentation, il faut savoir se faire plaisir, prône la nutritionniste.

« Pour moi, il n'y a pas d'interdit. Tout est dans l'équilibre. Oui, on peut prendre de la crème glacée après souper, ou du chocolat ou des M & M en collation. Mais toujours en quantité raisonnable. »

« J'aime bien parler de 80 % de nourriture santé et de 20 % d'aliments plaisir », ajoute-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer