Plus de 13 000 boîtes de denrées à distribuer vendredi

Dès 7 h 30 vendredi matin, une armée de bénévoles bien rodés prend la route... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Dès 7 h 30 vendredi matin, une armée de bénévoles bien rodés prend la route pour livrer de l'espoir. Pour une 32e année, le rituel entrepris par Rock-Guertin à la veille du Temps des Fêtes permettra à plus de 2125 familles de le vivre plus joyeux.

«Ce sont plus de 13 000 boîtes de denrées qui seront distribuées par nos 520 bénévoles. Nous avons 270 personnes sur la route répartis dans 43 camions. Le premier qui prend la route, c'est celui de la fondation. Par la suite, les autres suivent pour aller vers les points les plus éloignés pour se rapporcher en fin de journée», explique le directeur général de la Fondation Rock-Guertin, Denis Fortier.

Des personnes seules dans plus de la majorité des cas aux familles allant jusqu'à dix personnes seront aidées lors de ce dernier vendredi avant Noël.

«Chaque année, nous aidons de nouvelles personnes qui vivent des situations plus difficiles. Un couple avec enfants qui travaille à temps partiel ou qui est frappé par la maladie peut avoir besoin d'aide de façon ponctuelle. Il n'y a pas de cas type», mentionne Denis Fortier.

Ce dernier rappelle que cette distribution des Paniers de l'Espoir ne serait pas possible sans la générosité de la population.

«Les gens viennent à nous pour nous proposer des idées pour amasser des denrées et de l'argent. Une jeune fille de 11 ans est venue cette semaine déposer les denrées qu'elle a reccueillies. Elle avait organisé dans son quartier le tirage d'une fournée de biscuits qu'elle échangeait contre des denrées non périssables. La population s'approprie la cause à sa façon chaque année», se réjouit le directeur général de la Fondation Rock-Guertin.

Tempête positive

À l'entrepôt permanent de la fondation Rock-Guertin, sur la rue Cherbourg, jeudi midi, c'était le calme avant la tempête positive qui déferlera aux quatre coins de Sherbrooke.

«Nous en sommes à notre quatrième année dans les nouveaux locaux. Par le passé, c'était toute une logistique de mettre en place le centre de distribution à l'édifice CÉRAS. Maintenant, tous les dons et achats peuvent être classés lorsque nous les recevons. Chacun connaît son rôle ce qui fait en sorte que le processus est rodé et ne cesse de s'améliorer», explique Denis Fortier.

Jeudi après-midi, il ne manquait plus que les livraisons de fromages du jour et de pain frais pour compléter les étalages.

«C'est rassurant de voir que nous sommes prêts», explique un bénévole Raymond Boislard.

«Il n'y a pas de pression. C'est certain que lorsque la journée de distribution commence, il y a une certaine fébrilité dans l'air», ajoute un autre bénévole Richard Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer