Des «pèlerinages» au bureau du député Fortin

Les « pèlerinages » au bureau du député... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Les « pèlerinages » au bureau du député de Sherbrooke, Luc Fortin se poursuivront toute la semaine, entre 16 h et 18 h.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les opposants à la fin de l'universalité dans les CPE ont commencé leur « pèlerinage » au bureau du député de Sherbrooke, Luc Fortin : les manifestants ont donné le coup d'envoi, lundi après-midi, à une série de manifestations qui se poursuivront toute la semaine devant le bureau du député libéral, entre 16 h et 18 h.

Le milieu des CPE est entre autres mécontent en raison de la décision de Québec de moduler les tarifs en fonction des revenus des ménages; Québec a aussi freiné plusieurs projets de développement d'installations.

Isabelle Picard, mère de trois enfants, est venue joindre sa voix à celle du personnel et des gestionnaires de CPE. Cette hausse, dit-elle, va affecter le budget de la famille. « Environ 25 % de mon revenu net va passer en frais de garde », évalue-t-elle en fonction des données disponibles. « Je suis ici pour l'accessibilité », fait-elle valoir.

Chacun des rassemblements extérieurs a pour objectif de dénoncer « l'une des promesses brisées des libéraux », explique le Regroupement des centres de la petite enfance des Cantons-de-l'Est (RCPECE), qui prend part à la mobilisation provinciale du « Noël des promesses brisées », organisée par l'Association québécoise des CPE (AQCPE).

Directrice du CPE Jardins D'A.M.I.S, Johanne Levasseur dit avoir espoir que la mobilisation arrive à faire reculer le gouvernement.

De son côté, Luc Fortin se dit « extrêmement confortable » avec la position adoptée par son gouvernement par rapport à la modulation de tarifs dans les garderies.

« On a eu la confirmation du gouvernement fédéral que c'est admissible au crédit d'impôt », lance-t-il à propos de la déduction qui doit être appliquée par le gouvernement fédéral. Ainsi, donne-t-il en exemple, le coût réel pour une famille ayant un revenu de 100 000 $ brut sera de 9,09 $ par jour (plutôt que 11,41 $). L'Agence du Revenu du Canada (ARC) a confirmé hier « que les dépenses supplémentaires liées à la garde d'enfants seront déductibles au fédéral ».

« J'ai rencontré les représentants des CPE et lorsqu'on leur demande quelle est l'alternative (...), j'ai posé la question, et je n'ai pas eu de réponse. Souvent, lorsqu'on rencontre des groupes qui viennent nous faire valoir leur opinion, c'est souvent le même discours : On comprend la situation du gouvernement, par contre on devrait être une priorité, nos services devraient être considérés comme un investissement.» Au-delà de ça, il n'y a pas d'alternative. La réalité de l'investissement, je peux la saisir, mais dans les faits, il y a un déboursé du gouvernement pour tous ces services. On se doit, pour éviter la décote du Québec, d'équilibrer notre budget en 2015-2016... »

Outre les rassemblements de cette semaine, le RCPECE reprendra ses actions à compter du 5 janvier : les manifestants se rendront au bureau de M. Fortin chaque lundi de janvier, entre 16 h et 18 h.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer