Budget: une hausse sous l'indice des prix à la consommation

Les propriétaires d'immeubles résidentiels essuieront en 2015 une hausse de... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Les propriétaires d'immeubles résidentiels essuieront en 2015 une hausse de taxes de 1,86 % à la suite de l'adoption du budget municipal lors de la séance du conseil de lundi  soir.

Le budget prévoit des dépenses de 412 M$. L'augmentation de la taxe foncière est fixée à 2,2 %, soit sous l'indice des prix à la consommation, qui s'élevait à 2,4 % en octobre, et les tarifs demeureront inchangés.

En conséquence, pour une maison unifamiliale moyenne de 213 500 $, la hausse du compte de taxe s'élèvera à 44,81 $ en 2015.

«Contrairement aux autres paliers de gouvernement, nous avons l'obligation légale de présenter un budget équilibré, avec toute la prudence que cela comporte en matière de gestion financière. Le contexte demeure difficile. L'an dernier, nous travaillions dans un contexte serré. Nous avons vraiment l'impression de jouer dans le même film que l'année dernière. Outre les obligations municipales, dont les nouvelles normes en matière de sécurité policière, d'eau potable et d'assainissement, l'équité salariale et l'imposition d'une nouvelle structure tarifaire d'Hydro-Québec créent une pression sur le budget. Pour le remboursement des emprunts contractés pour renflouer les caisses de retraite, cette année nous verserons 10 764 000 $», a indiqué le maire Bernard Sévigny pour expliquer en partie les hausses de taxes.

«Évidemment, il y a des impacts sur la taxation et le niveau de service que nous donnons à la population. Il est un peu difficile d'associer une mesure avec une raison en particulier.»


Il a aussi fait mention du pacte fiscal transitoire. «Ce sont 5,2 M$ d'impacts dans le budget 2015. Évidemment, il y a des impacts sur la taxation et le niveau de service que nous donnons à la population. Il est un peu difficile d'associer une mesure avec une raison en particulier. C'est à cause du gouvernement du Québec, mais c'est à cause d'autres éléments dans le portrait également. Si on avait imposé bêtement les mesures que j'ai énumérées, il aurait fallu augmenter la taxe foncière de 7,8 % pour arriver à l'équilibre. Vous comprendrez donc l'ampleur de l'exercice auquel nous nous sommes livrés.»

La Ville puisera donc dans les 12,7 M$ de surplus accumulés en rapatriant 7,2 M$ pour équilibrer le budget. Elle conserve ainsi un surplus de 5,5 M$ pour 2015.

L'abolition de dix postes en 2014 permet des économies de 600 000 $, alors que 14 nouveaux postes devraient être abolis d'ici juin, moment où la réforme administrative devrait être complétée. S'ajoutent d'autres mesures de compressions pour des économies totales de près de 2 M $ sur la masse salariale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer