Centre-ville: la présentation du plan reportée en janvier

Prévu avant la fin de l'année 2014, le dévoilement du plan directeur... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Prévu avant la fin de l'année 2014, le dévoilement du plan directeur d'aménagement du centre-ville de Sherbrooke, dans le cadre du projet Centre-ville 2020, est reporté à la mi-janvier. Une consultation publique sur le sujet se tiendra quant à elle le 4 février au Théâtre Granada.

Centre-ville 2020 est un projet lancé en 2009 pour répondre à la nécessité de mettre à jour l'ancien plan directeur du centre-ville datant de 1990. Il vise notamment à savoir comment mettre en valeur la géographie distincte du centre-ville, comment augmenter et diversifier la population du centre-ville et comment maximiser l'espace dans une perspective de densification du territoire.

La gestion des espaces de stationnement, des îlots de chaleur, des gaz à effets de serre et des matières résiduelles sont aussi des thèmes qui pourraient être abordés dans le nouveau plan directeur d'aménagement du centre-ville.

Jérémy Dépault, chargé de projet pour Centre-ville 2020 à Commerce Sherbrooke, confirme que les échéanciers serrés ont fait en sorte de reporter à janvier le dévoilement dudit plan. «Nous l'avons présenté au conseil municipal en comité plénier à huis clos le 8 décembre pour aller en consultation publique après les Fêtes. Nous voulons un document qui tient la route, qui plaît à la population et qui s'arrime aux volontés municipales.»

C'est donc le 16 janvier que les grandes lignes du plan seront dévoilées. On y annoncera que tous les ménages recevront un document de vulgarisation pour expliquer ce qui est proposé et le cadre dans lequel le plan a été conçu.

«Un document de réflexion»

M. Dépault précise que le plan d'aménagement n'est pas un plan de construction. «Il n'est pas chiffré. Il n'y a pas de montants mentionnés. C'est davantage un document de réflexion, d'aide à la décision. Il cible les opportunités, fait ressortir les potentiels et les vocations suggérées pour les différents secteurs. Nous suggérons des stratégies.»

Par exemple, certaines informations laissent croire qu'une vocation culturelle pourrait être suggérée pour la rue Wellington Sud. «Si tel est le cas, il faut penser aux types de bâtiments et aux genres de locaux qui conviendraient. Si on veut un quartier culturel, ce ne sont pas les mêmes bâtiments que pour des bureaux.»

Si le plan n'a pas encore été approuvé au conseil municipal, cela signifie-t-il qu'aucun projet n'a pu être intégré dans le budget de ce soir? «Pas nécessairement», répond Jérémy Dépault, sans vouloir s'avancer sur les volontés politiques.

«Certains projets sont en chantier depuis plusieurs années et sont l'objet de travail conjoint entre la Ville et Commerce Sherbrooke. Nous ne faisons que proposer des orientations, ce qui n'empêche pas la Ville d'aller de l'avant avec ses projets.»

Il est donc possible que des sommes soient réservées pour le réaménagement du secteur des Grandes-Fourches dont le pont du même nom pourrait déboucher, selon certaines hypothèses, tout près de la rue Wellington Nord.

Après la consultation publique du 4 février, des changements pourraient être apportés au plan d'aménagement selon les commentaires recueillis. «Je ne m'attends pas à ce que de grosses modifications soient nécessaires puisque nos travaux reflètent les conclusions de l'exercice Dessine-moi ton centre-ville que nous avions organisé en mai.»

Le dossier devrait ensuite être présenté de nouveau au C.A. de Commerce Sherbrooke avant d'être approuvé au conseil municipal. L'approbation finale est souhaitée au début du printemps, soit au mois de mars ou avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer