Le père Noël manifeste contre l'austérité

Toutes les façons semblent être bonnes ces temps-ci pour dénoncer les mesures... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Toutes les façons semblent être bonnes ces temps-ci pour dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement de Philippe Couillard. En fin de semaine, c'est en organisant un défilé de Noël que la CSN-Estrie a tenté de faire entendre ses revendications.

Toutes les façons semblent être bonnes ces temps-ci... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Pour accompagner la centaine de personnes qui s'étaient réunies au parc Jacques-Cartier, le père Noël, le Grinch, des lutins et même un alpaga orné d'une guirlande marchaient autour de traîneaux remplis de cadeaux - emballés avec des articles de La Tribune traitant des dites mesures gouvernementales -, qui représentaient, justement, les coupures.

«On veut démontrer que les cadeaux que notre gouvernement nous donne sont un peu empoisonnés», affirmait samedi le président de la CSN-Estrie, Denis Beaudin.

À l'arrivée du cortège au marché de la Gare, des cartes étaient distribuées à la population, présentant les «cadeaux» du gouvernement Couillard, par exemple les pertes d'emploi depuis son arrivée au pouvoir.

Certains des exemples étaient très récents. «C'est un gouvernement sans coeur. Il n'a aucun amour pour la population... la preuve en a été faite cette semaine avec un bas de Noël très peu garni : la hausse du salaire minimum de 20 sous de l'heure. [Le ministre du Travail] Sam Hamad dit que c'est pour inciter les assistés sociaux à retourner sur le marché du travail, sans trop nuire aux entreprises. On veut économiser sur les assistés sociaux et aider les entreprises. Les petits travailleurs, on ne pense pas à eux?» questionnait à ce propos M. Beaudin.

Celui-ci reproche aux libéraux d'avoir misé, pendant la campagne électorale, sur la création d'emploi, alors que ce sont des pertes d'emplois qui ont été observées depuis les dernières élections. «Ils nous ont dit qu'on sentirait l'effet libéral . L'effet libéral est bien arrivé : c'est des mesures d'austérité de secteur en secteur», déplore-t-il.

Un groupe de femmes ouvraient la marche, en tapant sur des tambours. Il s'agissait du Comité de la condition féminine de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), affiliée à la CSN. «Toutes les mesures d'austérité ont un impact important, surtout chez les femmes. Quand on pense notamment à l'annonce des coupures dans les services de garde, ça touche de plein front les femmes», disait à ce sujet Josée Marcotte, vice-présidente à la FSSS.

Celle-ci dénonçait également le projet de loi 10, sur la réorganisation du réseau de la santé et des services sociaux, en soulignant que les employés de ce secteur sont des femmes à 80 %. «On trouve ça important de dénoncer ces mesures, qui n'améliorent en rien l'atteinte de l'égalité hommes femmes. C'est pourquoi on est ici aujourd'hui», poursuivait-elle.

Beaucoup d'actions ont été menées par la CSN-Estrie dans les dernières semaines pour dénoncer les mesures d'austérité. Le mouvement ne s'essoufflera pas, prévient Denis Beaudin. «On va continuer. Il faut absolument que l'ensemble de la population soit sensibilisé aux effets très néfastes des mesures d'austérité.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer