Budget: Sévigny défie Moreau de sévir

Bernard Sévigny... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Bernard Sévigny

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) «Je n'ai pas l'intention de faire de l'abstinence intellectuelle pour faire plaisir à un ministre, peu importent les menaces!»

C'est ce lundi soir que le conseil municipal adoptera le budget 2015. Chose certaine, le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny ne compte pas nier les répercussions du pacte fiscal sur la taxation et les services aux citoyens.

Joint par La Tribune dimanche, M. Sévigny a réitéré son intention de contenir la hausse du compte de taxes à l'indice de consommation des prix (IPC), qui s'établit à 2,4 % selon les plus récents indicateurs de Statistiques Canada.

«La cible reste la même, c'est-à-dire une hausse de taxes qui tourne autour de l'inflation», assure le maire, à 24 heures de l'adoption du budget.

Parmi les raisons motivant cette hausse du compte de taxes, M. Sévigny souligne l'augmentation tarifaire découlant du passage du tarif L au tarif LG imposé à Hydro-Sherbrooke, l'augmentation constante des dépenses liées à la masse salariale des employés municipaux et les compressions résultant du pacte fiscal.

«À titre de maire, j'ai la responsabilité d'informer les citoyens sur les raisons nous obligeant à hausser le compte de taxe. Je n'ai pas l'intention de cacher des affaires sous prétexte que le ministre Moreau ne veut pas l'entendre. Le pacte fiscal a un impact sur la taxation et les coupes dans les services aux citoyens», affirme M. Sévigny.

Rappelons que le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a menacé la semaine dernière de bloquer les transferts aux villes de Longueuil et de Laval après que leur maire eut affirmé que la hausse de taxes du compte de leurs citoyens était attribuable, entre autres, au resserrement budgétaire inclus dans le pacte fiscal.

«Il a beau dire des menaces, je ne vois pas comment il va les appliquer. Va-t-il se rendre dans chaque municipalité pour vérifier les budgets?» questionne M. Sévigny.

Pas de surprises majeures

Selon le maire, les contribuables sherbrookois ne devraient pas avoir de grosses surprises en découvrant le budget 2015.

«Nos économies proviennent de plusieurs petites actions et non d'un coup d'éclat», assure le maire.

Parmi les sources d'économies les plus prometteuses, M. Sévigny mentionne la réduction de la taille de l'appareil municipal.

«À défaut de contrôler la masse salariale, on peut contrôler le nombre d'employés», explique-t-il. Une réforme devrait donc être mise en oeuvre dès le début de 2015.

M. Sévigny admet également que certains programmes seront abandonnés et quelques projets seront repoussés.

Les tarifs des différents services publics (piscines, location de glace, etc.) ne devraient pas être haussés. «Nous facturons le coût réel de ces services. C'est la philosophie que la Ville a adoptée il y a quelques années. Nous n'avons pas l'intention d'augmenter ces tarifs de façon arbitraire», soutient-il.

La conseil municipal annoncera ce soir sa décision concernant la place Nikitotek. «Nous l'annoncerons ce soir puisque cette décision a un impact dans le budget», précise M. Sévigny. La construction d'un toit à la place Nikitotek coûterait au moins 800 000 $, selon une évaluation faite il y a un certain temps.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer