Vague de fausses réservations dans les restos sherbrookois

Une personne s'amuse manifestement à effectuer de fausses réservations pour de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Une personne s'amuse manifestement à effectuer de fausses réservations pour de gros groupes dans les restaurants de Sherbrooke.

Au Da Toni, jeudi, un appel est rentré en après-midi pour une réservation de dernière minute : on demandait s'il restait de la place pour 45 personnes, pour une prétendue fête de Noël d'entreprise qui devait être relocalisée rapidement. «Ç'a adonné qu'on avait de la place pour un gros groupe - normalement, à ce temps-ci de l'année on n'en a pas -, donc on a dit oui, on a pris le numéro de téléphone et le nom de la personne et on a rappelé. C'était le répondeur, mais c'était un numéro valide. Sauf que la soirée est arrivée, et il n'y avait personne...» raconte la gérante de l'endroit, Annie Genesse.

Elle a donc téléphoné à l'administration de l'entreprise en question, un magasin grande surface de Sherbrooke qu'elle préfère ne pas identifier. «Ils nous ont dit qu'ils se sentaient très mal, parce qu'on était le troisième restaurant qui les rappelait pour une fausse réservation», poursuit-elle.

Aux deux autres endroits, c'était la même histoire : une réservation de dernière minute pour un gros groupe - 75 et 100 personnes -, sans que qui que ce soit ne se présente, l'heure venue.

Lourdes conséquences

Annie Genesse déplore les lourdes conséquences auxquelles le restaurant a dû faire face à cause de cette fausse réservation. «Les gens n'ont pas idée à quel point ça entraîne des conséquences. Il faut déployer une autre équipe, faire de la mise en place, le chef était complètement dans le jus... Nous on prépare par rapport aux réservations. Quand on part de 50 réservations et qu'on monte à 100, ça fait toute une différence au niveau de la préparation, on ne sort pas ça d'un tiroir!»

En plus d'avoir mobilisé du personnel en congé pour l'occasion, le restaurant a dû refuser des clients puisqu'il était théoriquement rempli au maximum de sa capacité. «On a refusé du monde à cause de ça, c'est ça qui est triste...»

C'est pour mettre en garde contre ce genre d'appel les autres restaurants que Mme Genesse a décidé de parler de la situation, partageant tout d'abord la chose sur le compte Facebook du Da Toni.

«Le milieu de la restauration est assez difficile, je ne veux pas que des choses comme ça arrivent en plus», dit-elle.

«On vit dans un milieu où les imprévus existent et où il faut se revirer de bord rapidement. Mais hier [jeudi], toute l'équipe était vraiment fâchée», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer