Cinq murales pour les 60 ans de l'UdeS

Un groupe de 16 étudiants au certificat en arts visuels ont dévoilé hier le... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Un groupe de 16 étudiants au certificat en arts visuels ont dévoilé mardi le legs qu'ils font à l'Université de Sherbrooke pour marquer son 60e anniversaire. Et quel legs!

Un groupe de 16 étudiants au certificat en... (Imacom, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Imacom, René Marquis

En cinq grandes murales illustrant des thèmes chers à l'institution sherbrookoise, ils brossent un portrait vivant et coloré de leur alma mater.

« On est fiers de notre histoire, fiers de ce qu'on a accompli. L'Université de Sherbrooke a au cours des années créé plusieurs programmes et formé des milliers d'étudiants. C'est une façon de le souligner », a dit du projet la doyenne de la Faculté des lettres et sciences humaines Christine Hudon.

« C'est aussi un défi qu'on s'est donné de vouloir marquer de façon très symbolique qu'on est des créateurs, des bâtisseurs. Quoi de mieux qu'une oeuvre d'art pour exprimer ça? » a-t-elle ajouté.

D'ici deux semaines, trois de ces murales seront accrochées aux murs du pavillon multifonctionnel du campus principal, tandis que le campus de la santé et le campus de Longueuil accueilleront les deux autres.

« Ce n'est pas arrivé souvent que le travail de nos étudiants ait autant de visibilité, convient le chargé de cours Yvan Dagenais. Les certificats sont souvent des programmes plus secondaires, pourrait-on dire, et qui sont un peu négligés. C'est donc une grande visibilité pour un programme qui existe pourtant depuis 40 ans », tenu à bout de bras par des chargés de cours, prendra-t-il soin d'ajouter.

M. Dagenais a aussi souligné le grand défi technique qui sous-tend la création et la réalisation de ces cinq tableaux collectifs.

Souvent quand il s'agit de murales, expliquera-t-il, l'artiste est contraint par le thème, les couleurs, la nécessité de livrer sa part d'un tout très défini. Cette fois, M. Dagenais s'est limité à imposer des silhouettes noires qui servent de fil conducteur à l'oeuvre collective et a demandé aux étudiants d'exprimer leur propre vision des cinq thèmes retenus avec toute la liberté souhaitée.

« La seule contrainte que je leur ai imposée, c'est de garder le même style d'une murale à l'autre pour que l'on puiser reconnaître le travail de chacun des 16 artistes. »

Aussi étudiant en philosophie, Jean-Fidèle Mahoro-Bucyanayandi a apprécié l'exercice de création en groupe, lui qui a davantage l'habitude du travail en solo et des oeuvres très personnelles.

« Jamais je n'aurais pensé travailler sur un projet aussi engagé, surtout pour l'Université, dit-il fièrement. Ç'a été surprise par-dessus surprise. »

Sa consoeur Linda Morin avait toujours rêvé de participer à un projet de murale.

Celle qui est également une employée du Centre de recherche du CHUS est servie puisque son travail sera vu sur les deux campus.

« J'ai fait beaucoup de recherche sur l'Université pour alimenter ma réflexion et j'ai découvert plein de choses intéressantes », témoignera-t-elle.

Le dévoilement des murales constitue l'activité de clôture des fêtes du 60e anniversaire de l'UdeS qu'on a voulu sobres, faut-il le rappeler, compte tenu du contexte d'austérité budgétaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer