Gouvernance: Bergeron conserve l'espoir d'être entendue

Nicole Bergeron... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Nicole Bergeron

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La conseillère de l'arrondissement de Brompton, Nicole Bergeron, conserve un espoir d'être entendue dans le dossier de la réforme de la gouvernance. Le projet n'ayant pas été intégré dans une loi omnibus, il devra faire l'objet d'un projet de loi privé, une occasion supplémentaire de faire entendre la voix des citoyens de Brompton.

Rappelons que le député de Sherbrooke Luc Fortin a annoncé vendredi qu'il parrainerait un éventuel projet de loi privé, qui devrait être déposé au plus tard le 10 février. Mme Bergeron n'était pas heureuse d'obtenir une mise à jour par l'entremise des journaux.

« Je trouve très irrespectueux et insultant de l'avoir appris de cette façon. Ça fait plusieurs semaines que je pose des questions au maire en comité plénier public ou à huis clos et au conseil municipal. Je l'ai appris de façon très cavalière », a-t-elle commencé.

Elle ajoute d'ailleurs ne pas en savoir plus sur le processus qui suivra et compte s'entretenir avec le maire Bernard Sévigny, de même qu'avec le député Guy Hardy, pour en apprendre davantage. M. Hardy est effectivement le député qui représente les arrondissements de Brompton et de Lennoxville. « Comme représentante de Brompton, je veux avoir l'heure juste et ma perception jusqu'à maintenant, c'est que je n'ai pas l'heure juste. »

Mme Bergeron s'était effectivement impatientée lors de récentes séances du conseil municipal, jugeant qu'il fallait beaucoup de temps au ministre des Affaires municipales pour statuer. « Je trouve que le 10 février, c'est loin. J'aurais préféré que ce soit avant, mais la bonne nouvelle, c'est que le projet de loi privé nous permettra probablement d'être entendus en commission parlementaire. Il faut voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. Ce n'est pas terminé tant que ce n'est pas terminé. »

Nicole Bergeron s'est aussi dite déçue d'apprendre que le ministre ne se prononçait que sur l'aspect légal de la réforme de la gouvernance. « J'ose espérer que les représentations seront prises en compte. Je suis un peu surprise de voir qu'on nous annonce que le projet est recevable alors que nous n'avons jamais contesté que le gouvernement puisse recevoir le dossier. Je m'attendais à ce qu'on ne s'en tienne pas seulement à l'aspect légal et juridique. Avec tous les documents que nous avions envoyés, je n'avais pas besoin d'attendre un an pour obtenir la réponse qu'on nous donne. »

Des membres du Groupe contre la disparition de Brompton ont aussi annoncé leur intention d'assister à la commission parlementaire liée au dépôt du projet de loi privé.

Le projet de réforme de la gouvernance, adopté à 17 voix contre 3 en mars dernier, vise à faire passer de 19 à 14 le nombre de conseillers municipaux lors de l'élection de novembre 2017. L'arrondissement de Brompton deviendrait un district de l'arrondissement Rock Forest-Saint-Élie-Deauville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer