Un état des lieux du logement social est dressé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) La rareté des logements sociaux n'est pas le seul enjeu auquel le milieu social et communautaire est confronté lorsqu'il est question d'habitation. S'est-on en effet déjà demandé si les logements sociaux existants correspondent réellement aux besoins des clientèles qu'ils desservent? Outre le fait de devoir être abordables, ces logements sont-ils adaptés aux limitations physiques ou intellectuels des gens qui les occupent? Idem en ce qui concerne le vieillissement de la population.

C'est avec l'objectif de dresser un état de la situation que la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie a tenu jeudi ses premiers États généraux de l'habitat social et communautaire, auxquels 120 personnes étaient inscrites. Un exercice qui aura aussi attiré son lot de spécialistes, non seulement du domaine de l'habitation, mais aussi de la santé, des services sociaux, du monde municipal et du développement local.

«Il s'agit non seulement des premiers États généraux à se tenir en Estrie, mais également au Québec, indique Ève Bonin, agente de communication à la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie. C'est ce qui explique que nous ayons eu des participants d'autres régions telles que la Beauce et la Montérégie.»

Selon Mme Bonin, ces États généraux sont une première étape de réflexion vers la tenue d'autres États généraux en 2015 qui, espère-t-on, mènera à certains maillages régionaux débouchant sur des projets de coopération liés à des enjeux communs en matière d'habitation.

Selon la Fédération, près de 13 800 ménages sherbrookois consacrent plus de 30 % de leur revenu pour se loger. Et malgré un taux d'inoccupation de 5,3 % en 2013, certaines clientèles ont de la difficulté à trouver un logement adapté à leurs besoins. C'est le cas notamment des grands logements (6 pièces et plus) pour les familles ainsi que des 3,5 pièces sécuritaires à prix abordables pour les personnes âgées ou handicapées.

Selon les données compilées par la Fédération des coopératives et d'habitation de l'Estrie et l'Office municipal d'habitation, Sherbrooke dispose à l'heure actuelle d'environ 3200 unités de logements subventionnés. Or, ce type de logements ne représente que 7 % du marché locatif à Sherbrooke, soit le taux le plus bas parmi les neuf grandes villes du Québec. Ce qui fait dire à certains intervenants qu'il y a encore place à amélioration compte tenu des besoins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer