Le transport adapté s'arrêtera à la porte du Maxi-Club

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les récriminations des usagers du transport adapté ont été entendues. Les personnes à mobilité réduite avaient déploré le mois dernier qu'on ne les dépose plus à la porte du centre d'entraînement Maxi-Club du Centre Sherbrooke (ancienne Place Belvédère). Ils devaient alors traverser une partie du stationnement souterrain par leurs propres moyens, un effort important qui en avait découragé plusieurs d'aller s'entraîner.

Alors qu'un taxi du transport adapté les déposait initialement directement à la porte du centre d'entraînement, les usagers devaient, en novembre, utiliser un minibus qui les laissait à l'étage supérieur du stationnement. La Société de transport de Sherbrooke (STS) a confirmé hier qu'elle avait corrigé la situation.

« Nous appliquions une nouvelle politique qui est générale, mais elle impactait désavantageusement ce cas en particulier. Nous mettons donc à l'essai un débarcadère situé à l'arrière du Maxi-Club, qui n'était pas toujours accessible par le passé », explique le président de la STS Bruno Vachon.

La nouvelle politique stipulait que le gymnase était desservi par un minibus, un véhicule trop haut pour s'aventurer dans le stationnement souterrain. « Nous avons maintenant donné une directive à l'effet que nos clients qui fréquentent cet établissement ne doivent pas être privés de leur entraînement. Je n'étais pas confortable avec la situation et les membres du C.A. non plus. Nous corrigeons le tir et nous verrons comment ça se répercutera dans le temps. Dès que la situation a été dénoncée, nous nous sommes placés en mode solution. Je considère que nous avons été à l'écoute et que nous avons répondu rapidement », ajoute M. Vachon.

La coordonnatrice du Regroupement des usagers du transport adapté de Sherbrooke métropolitain, France Croteau, estime qu'une vingtaine de personnes avaient été privées de leur entraînement en raison de la nouvelle politique. « Ça les fatiguait trop de traverser le stationnement. C'est une injustice qui est réparée. »

Celui qui avait pris la parole au conseil municipal pour dénoncer la situation, François Desmarais, a reçu un appel directement de Bruno Vachon pour lui confirmer le retour du service du porte-à-porte. « Ils ont eu une oreille attentive. Je ne vois pas où ils arrivaient à économiser en nous laissant dans le stationnement du haut. La seule façon d'économiser aurait été de décourager les gens qui allaient au Maxi-Club pour les exercices dont ils ont besoin. J'ai la sclérose en plaques et faire de l'exercice réduit la progression de la maladie. »

M. Desmarais estime qu'il reste encore des problèmes à régler, comme celui de devoir téléphoner 24 heures à l'avance pour obtenir un transport, mais se dit heureux du travail effectué pour régler la situation rapidement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer