Seuls les pesticides à faible impact seront tolérés

Les pesticides autres qu'à faible impact seront interdits à Sherbrooke en 2017.... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Les pesticides autres qu'à faible impact seront interdits à Sherbrooke en 2017. Cette mesure a été proposée lors d'une réunion du comité de l'environnement tenue en octobre. La décision devra toutefois être entérinée par le conseil municipal.

Dans la résolution, les membres du comité de l'environnement proposent d'adopter une approche progressive. En 2015, aucune modification ne serait apportée au règlement déjà en vigueur. « Des modifications devront être apportées dans les pratiques d'application de pesticides sur des terrains municipaux où des pesticides à faible impact seront uniquement tolérés », lit-on dans le procès verbal de la rencontre.

En 2016, l'épandage de tous les pesticides sera permis entre le 7 septembre et le 31 décembre alors qu'en 2017, seul l'épandage des pesticides à faible impact sera admis. Un permis temporaire pourra être délivré pour des infestations majeures d'insectes qui mettent en péril la santé ou la survie de végétaux.

En séance du conseil lundi, la conseillère Nicole Bergeron s'est interrogée sur l'échéancier proposé pour le changement de règlementation. « J'ai un certain malaise à ce que nous repoussions à 2017 l'utilisation des pesticides à faible impact alors que la santé des enfants est à l'enjeu. Je me demandais si nous pouvions l'envisager non pas pour 2017, mais pour 2016. Il faut donner un coup de barre. Nous ne pouvons pas lésiner quand il est question de la santé des citoyens. »

La présidente du comité de l'environnement, Christine Ouellet, craint l'imposition trop drastique d'une interdiction des pesticides qui ne sont pas à faible impact. « Je reçois vos préoccupations. Je peux les soumettre au comité », a-t-elle mentionné.

« En fait, nous ne repoussons rien. Le comité a pris position pour interdire les pesticides. Il risque d'y avoir un braquage. Pour certains, c'est comme si on disait aux applicateurs de pesticides qu'ils étaient méchants. Si du jour au lendemain on applique l'interdiction, on vient jouer dans les valeurs de ceux qui souhaitent avoir une pelouse parfaite. Il y a aussi un danger que les gens décident d'étendre les produits eux-mêmes si le service n'est plus offert par les entreprises, et ce ne serait pas fait dans les règles de l'art.

« Nous voulons donc mettre les citoyens dans le coup en les sensibilisant. La première année en sera une de sensibilisation. Nous avons développé une stratégie d'intervention. Si nous n'avions pas amené le sujet sur la table, il ne serait rien arrivé. Nous voulons aussi faire la promotion de la gestion saine des pelouses et augmenter la tolérance envers les mauvaises herbes . »

À ce jour, seuls les pesticides à faible impact sont permis du 15 juin au 7 septembre. Il ne faut pas appliquer de pesticides sur le gazon en cas de pluie, de température supérieure à 27 degrés Celsius ou si le vent souffle à plus de 15 km/h.

Seuls certains pesticides à faible impact sont permis sur les terrains des garderies et des écoles ainsi que sur les terrains adjacents à ces établissements.

Pour connaître tous les détails de la règlementation sur les pesticides, consultez le sherbrooke.ca/pesticides.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer