Un espoir pour une passerelle enjambant la 610

La Ville de Sherbrooke a fait un pas de plus vers la construction d'une... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke a fait un pas de plus vers la construction d'une passerelle multifonctionnelle sur le boulevard de Portland, au-dessus de l'autoroute 410. En allant de l'avant avec le projet de 1 945 000 $, la Ville donne espoir à ceux qui réclament le même type d'infrastructure pour traverser la 610 vers le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

Marc Denault... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Marc Denault

Archives La Tribune

Lundi, la Ville a confirmé son intention de négocier une entente avec le ministère des Transports du Québec pour la réalisation du projet du boulevard de Portland, pour lequel 50 % des coûts sont assumés par une subvention obtenue dans le cadre du programme Veloce II.

« Il s'agira d'élargir le pont pour nous permettre de rejoindre le parc Industriel à partir de la rue Jean-Paul-Perrault. À Sherbrooke il y a parfois des contraintes majeures pour les gens qui souhaitent utiliser le transport actif. Lorsque nous avons mis en place le plan de mobilité durable et le plan du réseau cyclable, c'était parmi les contraintes pour lesquelles les gens revendiquaient, autant dans ce secteur-là que dans celui de la 610 pour attacher le réseau cyclable au CHUS. Il pourrait se développer d'autres partenariats du genre avec le gouvernement du Québec », a précisé le conseiller Marc Denault.

Le conseiller du district des Quatre-Saisons, Vincent Boutin, considère les travaux à venir sur le viaduc du boulevard de Portland comme une bonne nouvelle. « Il y a deux façons de le voir. Nous pourrions nous braquer et dire pourquoi eux, mais pas nous. Moi je le vois à l'inverse : il y a une ouverture de la Ville pour ce genre de dossier. Je travaille avec nos services pour voir quelle approche nous prendrons et pour évaluer les coûts avant de présenter le projet à mes collègues. Je suis très heureux que le programme Véloce II existe. Ça veut dire qu'il y a de l'espoir au bout du tunnel puisque nous ne serions pas les seuls à porter ce projet-là. »

«Réalistement, simplement du point de vue de la structure, il faut faire une étude, le devis, il faut aller en appel d'offres. Je ne crois pas que ce sera un projet qui se réalisera avant deux ou trois ans.»


Si la structure enjambant la 410 sera l'objet de travaux en 2015, il faudra probablement attendre plusieurs années avant de pouvoir rouler sur une piste qui longerait la 12e Avenue sans interruption jusqu'au CHUS.

« Réalistement, simplement du point de vue de la structure, il faut faire une étude, le devis, il faut aller en appel d'offres. Je ne crois pas que ce sera un projet qui se réalisera avant deux ou trois ans. Est-ce que ça se terminera dans le présent mandat? Je ne pense pas. L'objectif est plus d'arriver à quelque chose de concret avant la fin du mandat. Il y a trop de travail préparatoire avant d'aller de l'avant.

« Présentement, la piste s'arrête sur Brûlotte. Il y a plusieurs scénarios sur la table, que ce soit une piste cyclable ou une piste multifonctionnelle. Il n'y a pas de trottoir, il y a une espèce de goulot d'étranglement près du viaduc, les automobilistes roulent vite, c'est pour ça que le projet doit être vu dans son ensemble, et non seulement pour le viaduc. Il y a aussi des entrées d'autoroute à traverser. Il y a une règlementation à ce sujet. Il faut trouver le meilleur scénario pour assurer la sécurité des cyclistes et qui respectera la capacité de payer des citoyens. Il y a un grand défi, mais je suis confiant que nous arriverons éventuellement avec de bonnes nouvelles. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer