Inquiétudes pour le boisé des Deux-Ruisseaux

Marc-André Paquette... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Marc-André Paquette

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après s'être battus en 2009 pour la protection du boisé des Deux-Ruisseaux, situé prêt de l'école Le Touret, les Amis du boisé des Deux-Ruisseaux s'inquiètent d'un projet de développement domiciliaire dans le secteur des rues d'Irlande et de l'Illinois. Au conseil municipal lundi, le citoyen Marc-André Paquette a voulu attirer l'attention des élus, qu'il a invités à la vigilance.

« À plusieurs reprises au cours de l'année 2009, j'ai pris la parole sur la place publique pour promouvoir la protection du boisé des Deux-Ruisseaux. Cet été, nous avons été très heureux d'apprendre que la très grande partie du boisé, à la suite d'un échange de terrains, appartiendra bientôt officiellement à la Ville de Sherbrooke et qu'elle sera dorénavant protégée », a commenté M. Paquette.

Ruisseau Dodds

« Puisque cette forêt à grande valeur écologique sera propriété de la Ville et protégée, nous espérons que vous porterez un intérêt particulier à préserver sa plus belle partie, celle qui borde le ruisseau Dodds. Ce sentier, à nos yeux le plus beau de toutes les forêts de Sherbrooke, passe en partie sur le terrain d'un promoteur qui s'est associé à la compagnie Santi dans le but d'y réaliser un projet domiciliaire qu'il espérait voir se concrétiser depuis plusieurs années. »

M. Paquette a rappelé qu'il s'était présenté avec une centaine de citoyens lors d'une séance du conseil de 2009 et qu'une pétition de plus de 700 noms avait été déposée pour la protection du boisé.

« À notre connaissance, le terrain du promoteur est toujours situé à l'extérieur du périmètre urbain. Cependant, le service de la planification et du développement urbain de la Ville de Sherbrooke nous a dit que les élus avaient approuvé un projet domiciliaire à cet endroit. Est-ce vrai? Si c'est le cas, pourquoi avoir permis un développement aussi près d'une forêt à valeur écologique que vous venez d'acquérir? Nous espérons que vous ferez tout en votre pouvoir pour encadrer le projet afin de protéger une partie de la forêt au sud-ouest du prolongement de la rue d'Irlande. Un projet domiciliaire au sud-ouest du prolongement de la rue d'Irlande ne serait pas incompatible avec la préservation de ce magnifique endroit. Nous espérons que vous vous assurerez que le promoteur respecte des conditions supplémentaires rigoureuses avant d'approuver son projet. »

Invitation à visiter

Marc-André Paquette a incité les élus à visiter les lieux. « La Ville pourrait refuser ce projet puisqu'il se situe à l'extérieur du périmètre urbain. Pour l'instant, aucun projet de lotissement ne semble avoir été proposé à la Ville, mais selon les documents obtenus au bureau de Santi, il est déjà possible de réserver des terrains à cet endroit et plusieurs d'entre eux empiètent largement sur l'entrée de la forêt. »

Le conseiller Jean-François Rouleau a tenté de se faire rassurant. « Je peux vous rassurer qu'aucun dossier n'a été déposé. Il est difficile d'empêcher un promoteur, qui s'est associé au propriétaire du terrain, de vouloir vendre un concept. Les dimensions et le lotissement ne sont pas déposés. Les études environnementales ne sont pas faites. Je veux bien que nous en discutions, mais il faut avoir quelque chose sur la table pour pouvoir discuter. Vos préoccupations font partie des préoccupations de nos services et du conseil de ville. Soyez assurés que vos propos seront tenus en compte. Aussitôt que nous aurons le lotissement, il me fera plaisir d'aller y marcher avec vous. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer