Location de chambres: étudiants et proprios s'unissent

Porte-parole de la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke, Joël Vaudeville a... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Porte-parole de la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke, Joël Vaudeville a joint sa voix auRegroupement des propriétaires locateurs de Sherbrooke afin de faire pression sur la Ville de Sherbrookepour qu'elle modifie sa réglementation en matière de location de chambres dans des résidences unifamiliales.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS) a officiellement lancé sa campagne «J'ai choisi le quartier étudiant», lundi, en collaboration avec le Regroupement des propriétaires locateurs de Sherbrooke, afin de faire pression sur la Ville de Sherbrooke pour qu'elle modifie sa réglementation en matière de location de chambres dans des résidences unifamiliales.

Rappelons qu'au fil des ans, la Ville de Sherbrooke a resserré cette réglementation, notamment en ce qui concerne le nombre d'unités qui peuvent être louées au sein d'une résidence. Par exemple, un propriétaire de résidence unifamiliale offrant la location de chambres à l'intérieur du périmètre défini ne peut offrir que deux unités. Un droit acquis a été reconnu à ceux qui en louaient davantage (un maximum de quatre) et dont le permis était valide à la date d'entrée en vigueur du règlement. Le droit acquis est toutefois perdu si une chambre est vacante pendant plus de 12 mois.

Cette semaine, des étudiants et des propriétaires feront ainsi du porte-à-porte dans le quartier afin de sensibiliser les gens à cette question et pour amasser des signatures pour une pétition.

Les deux groupes réclament notamment que la Ville rétablisse la limite de chambres à louer à quatre (actuellement permis seulement si le propriétaire a un droit acquis) et qu'elle permette le renouvellement des permis et le maintien des droits acquis malgré une inoccupation supérieure à 12 mois.

«Ce que la FEUS dénonce, c'est la perte d'offre locative dans le quartier universitaire», note le porte-parole de la FEUS, Joël Vaudeville. La collecte de signatures doit se dérouler toute la semaine, et au besoin, au retour des Fêtes. Avec cette réglementation, la FEUS y voit une volonté de la Ville d'étendre la présence des étudiants à d'autres quartiers; le secteur du Cégep est aussi visé par la réglementation.

«Les étudiants peuvent faire partie de la solution», fait-il valoir.

La FEUS et le RPLS ont tenu un point de presse, lundi, afin d'officialiser le début de la campagne. La présidente du RPLS, Hélène Godin, indique que le regroupement compte actuellement une trentaine de membres; l'un des objectifs est notamment de leur fournir de l'information. Mme Godin estime que celle-ci est difficile à obtenir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer