Exclusif

D'autres pertes d'emplois à venir au Cégep

Conséquence des compressions qui s'accumulent, une autre dizaine de postes... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Conséquence des compressions qui s'accumulent, une autre dizaine de postes devront être supprimés au Cégep de Sherbrooke, ce qui pourrait se traduire par la perte de 7 à 8 emplois. Les étudiants n'échapperont pas aux efforts : les frais payés pour divers services et activités pourraient être augmentés d'une quinzaine de dollars par session.

Le conseil d'administration du Cégep de Sherbrooke a adopté une résolution, mercredi, afin de dénoncer les coupes dans le réseau collégial.

L'établissement a enregistré un déficit au 30 juin 2014, selon les états financiers déposés hier. Celui-ci est d'environ 1,2 M $, une somme réduite par un montant d'environ 706 000 $ qui se retrouvait dans le solde de fonds du Cégep.

L'établissement est à pied d'oeuvre depuis septembre pour trouver de nouvelles mesures d'économies, explique la directrice générale de l'institution, Marie-France Bélanger, puisque l'établissement collégial s'attend à devoir déposer un plan de redressement au ministère de l'Enseignement supérieur.

« C'est le Ministère qui déclenche la demande de plan de redressement. On ne veut pas attendre, on agit. »

L'institution ayant adopté un budget déficitaire d'environ 500 000 $ cet automne, il lui fallait rééquilibrer son prochain budget. « Ils vont nous le demander tout de suite (NDLR: avec le dépôt des états financiers) ou à la fin de l'année 2014-2015 », estime Mme Bélanger. À partir du moment où Québec fera une demande, l'institution aura trois mois pour produire le plan de redressement.

«On en a discuté avec l'association étudiante. Ce n'est pas de gaieté de coeur qu'on fait cela... Nos étudiants ne sont pas les plus riches.»


L'établissement a appris récemment qu'il devait faire face à une nouvelle coupe de 400 000 $; il s'agit de la sixième coupe en quatre ans.

Selon la directrice, trois grandes mesures seront prises : outre la hausse des frais aux étudiants et l'abolition de 11 postes/projets, l'établissement devra aussi réduire d'autres budgets. « On va chercher à augmenter les revenus autonomes, mais on n'a pas le contrôle total », note Mme Bélanger, qui fait entre autres allusion aux revenus de la formation continue.

Le poste de technicien de loisirs sera touché, de même que six postes de personnel de soutien, deux postes de professionnels (des conseillers pédagogiques) et deux membres du personnel cadre seront affectés.

Selon Mario Dubois, directeur des services financiers au Cégep, deux des postes abolis se traduiront par des départs à la retraite. Pour le reste, un processus de supplantation se mettra en branle, de sorte qu'il y aura un jeu de chaise. À la fin de l'exercice, de sept à huit emplois seront perdus.

Des employés touchés ont été avisés mercredi.

Certaines mesures seront effectives en janvier, d'autres l'an prochain. La hausse des frais chargés aux étudiants serait par exemple effective à compter de la prochaine année scolaire. Il s'agit des« droits relatifs à divers services », comme les services d'animation et des sports. Ce dossier doit revenir à l'ordre du jour au conseil d'administration de février; le montant de la hausse devrait alors se préciser.« On en a discuté avec l'association étudiante. Ce n'est pas de gaieté de coeur qu'on fait cela... Nos étudiants ne sont pas les plus riches », lance la directrice générale, en rappelant que le Cégep de Sherbrooke est l'un des cégeps où le montant des prêts et bourses accordés sont les plus élevés. Le dossier des frais doit revenir à l'ordre du jour au conseil d'administration en février prochain.

« On a commencé à annoncer les mesures mises en oeuvre. On n'y arrivera pas, ça ne suffira pas », indique Mme Bélanger.

Les mauvaises nouvelles se succèdent au Cégep de Sherbrooke. Le printemps dernier, la direction a entre autres annoncé l'abolition de 9 postes. Le personnel et les étudiants ont manifesté vendredi matin devant le pavillon 2 de l'établissement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer