Autobus express pour les étudiants: le service devient permanent

Le projet-pilote d'autobus spécial pour les étudiants, mené par l'Université de... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le projet-pilote d'autobus spécial pour les étudiants, mené par l'Université de Sherbrooke et ses associations étudiantes en collaboration avec la Société de transport de Sherbrooke (STS), devient permanent : le service s'étalera désormais sur 30 semaines.

L'expérience ayant été concluante, les partenaires ont décidé d'aller de l'avant avec l'instauration du service d'autobus express le jeudi soir, entre le campus de l'UdeS et le centre-ville.

Une rencontre réunissant plusieurs intervenants a eu lieu lundi et a permis de déterminer la continuité du service.

« Pour nous, le dossier est clos », se réjouit le porte-parole de la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS), Joël Vaudeville. Le projet se déroulera sur une base annuelle, en s'étalant sur 30 semaines, modulable en fonction des « activités avec alcool » des étudiants. Un calendrier sera fourni à la STS.

Le coût global de cette initiative oscillera autour de 11 000 à 12 000 $, « selon le nombre de jours nécessaires », indique M. Vaudeville.

Il reste maintenant à voir de quelle façon l'établissement universitaire et ses associations étudiantes, la FEUS et le Regroupement des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l'UdeS (REMDUS), se partageront la facture.

La FEUS aimerait que l'UdeS assume 50 % de la facture, et que l'autre moitié soit assumée par le REMDUS et elle. Le partage entre les deux associations étudiantes reste également à être précisé. « Les contribuables n'auront pas à débourser », souligne-t-il.

«Tout le monde a pu s'exprimer et tout le monde était unanime pour dire que ça semble être la solution.»


Bruno Vachon... (Archives La Tribune) - image 3.0

Agrandir

Bruno Vachon

Archives La Tribune

Rappelons que les chauffeurs de la STS étaient excédés de certains comportements d'étudiants ivres sur deux trajets en particulier, le jeudi soir, soirée prisée par les étudiants pour les activités sociales.

Un projet-pilote de deux semaines a d'abord été lancé, avant d'être prolongé de deux autres semaines. Ainsi, un autobus affichant la mention « spécial » assurait la liaison entre le campus principal de l'UdeS et la station du Dépôt, au centre-ville. Un agent de Garda en civil était présent à l'intérieur afin de s'assurer que tout se passe bien. Au terme de l'expérience, les partenaires garderont sensiblement la même formule : ces liaisons spéciales seront assurées entre 20 h et 23 h 30 le jeudi; des arrêts ont toutefois été ajoutés au trajet.

« Le constat, c'est que ça a atteint les objectifs. Tout le monde a pu s'exprimer et tout le monde était unanime pour dire que ça semble être la solution », commente pour sa part le vice-recteur aux ressources humaines et financières de l'UdeS, Martin Buteau, également recteur adjoint. « Contrairement à ce que certains pensaient, nos étudiants sont responsables. »

Quant au partage de la facture, l'UdeS discutera avec ses associations étudiantes afin de s'entendre sur ce point.

Les intervenants dans le dossier ont convenu de faire le point de nouveau à la suite du trimestre d'hiver.

Pour le président de la STS, Bruno Vachon, il s'agit d'une bonne nouvelle. « Le but était de sécuriser la ligne pour les clients et pour les chauffeurs, d'offrir un service sécuritaire. C'est un service personnalisé et responsable. Tout le monde a fait sa part. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer