Que des reproches à faire à Stephen Harper

Des dizaines d'employés de Statistique Canada oeuvrant dans... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Des dizaines d'employés de Statistique Canada oeuvrant dans le parc industriel de Sherbrooke ont exprimé leur colère, mercredi midi, lors d'une manifestation organisée par l'Alliance de la Fonction publique du Canada. Le premier ministre Stephen Harper a été la clibre de plusieurs critiques.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Stephen Harper n'avait pas beaucoup d'amis, mercredi midi devant les locaux de Statistique Canada dans le parc industriel de Sherbrooke.

L'Alliance de la Fonction publique du Canada, région du Québec (AFPC-Québec) a tenu une manifestation qui a permis de faire connaître que ce que les syndiqués reprochent au premier ministre du Canada.

Des dizaines d'employés de Statistique Canada sont sortis à l'extérieur malgré le froid pour dénoncer les politiques du gouvernement conservateur. D'autres rassemblements du genre avaient lieu en même temps à Laval, à Montréal, ainsi qu'à Québec.

« Les enquêtes aident les décideurs à mettre à jour ou à créer des programmes qui aident les citoyennes et les citoyens. Lorsque le gouvernement conservateur décide de ne plus financer des enquêtes, cela est lourd d'impact», souligne Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale de l'AFPC-Québec.

«On ne peut corriger ce que l'on ne connaît pas. C'est triste et déplorable, mais c'est la façon de faire conservatrice.»

Les 190 travailleurs de Sherbrooke recueillent des données pour Statistique Canada. Grâce aux données recueillies, on peut établir des statistiques nationales sur une vaste gamme de sujets, comme la main d'oeuvre, le chômage et les dépenses de consommation.

Les enquêtes sont importantes, car elles permettent, entres autres, de s'attaquer au problème de la disparité économique croissante au pays, assure le syndicat. On déplore la précarité des emplois, l'arbitraire dans l'affectation des tâches et les salaires peu élevés.

De plus, la convention collective des syndiqués de Statistique Canada est à renouveler. Les pourparlers avec le Conseil du Trésor semblent laborieux. Le dossier traine en longueur, a déploré Doug Marshall, président du Syndicat des employées et employés nationaux.

«Arrêtons Harper»

Lors du rassemblement devant l'édifice d'Opérations enquêtes statistique (OES) à Sherbrooke, mercredi midi, peu de mots tendres étaient destinés au premier ministre du pays.

Plusieurs portaient des pancartes «Arrêtons Harper» en forme d'«Arrêt» qu'on retrouve au coin de rue. Les manifestants clamaient: «Harper salaud. La classe moyenne aura ta peau!»

Ce rassemblement s'inscrit dans la foulée des mobilisations du 19e jour du mois et vise à dénoncer les politiques du gouvernement conservateur. Rappelons que les membres de l'AFPC-Québec tiendront des rassemblements tous les 19es jours du mois, sur l'heure du dîner et à l'extérieur de leur lieu de travail, jusqu'à l'élection fédérale prévue le 19 octobre 2015.

Mme Picard a demandé aux manifestants de ne pas baisser la garde jusqu'aux prochaines élections fédérales. «Nous ne garderons pas le silence. Les gens ont le droit de savoir. Ce gouvernement économise en prenant des risques», affirme-t-elle.

«Il y a moins d'inspection qui se fait sur le terrain. Pour les aliments, entre autres. Il y en a aussi beaucoup moins dans les transports... on a vu ce qui s'est passé à Lac-Mégantic.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer