Projet Cité-Jardin: feu vert au changement de zonage

Pierre Pinard... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Pierre Pinard

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Les élus sherbrookois ont donné le feu vert au changement de zonage nécessaire à une version amendé du projet Cité-Jardin, qui vise la construction d'un pôle commercial du côté est du boulevard Lionel-Groulx, entre les rues Prospect et Jean-De La Fontaine.

Le projet révisé comprend un marché d'alimentation d'une superficie de plancher de 3420 m2, équivalant au Provigo Le Marché situé à l'intersection des rues King et Jacques-Cartier, ainsi que la construction d'une seconde bâtisse visant à abriter une pharmacie, une clinique médiale et des services reliés à la santé, pour une superficie de plancher totale de 2500 m2, répartie sur deux étages.

Les deux établissements partageront une aire de stationnement de près de 260 cases. Un accès est planifié à partir de la rue Jean-De La Fontaine, deux entrées seront aménagées sur la rue Émile-Zola et deux autres sur le boulevard Lionel-Groulx.

Réaction mitigée des citoyens

Le citoyen Côme Roy s'est présenté à la séance du conseil pour rappeler aux élus que plusieurs résidants de ce secteur s'opposent à la réalisation de Cité-Jardin. «Nous avons déjà remis une pétition de 137 signatures démontrant clairement notre désaccord avec ce projet», a-t-il rappelé.

«Ce qu'on aimerait voir sur ce terrain est ce que le zonage permettait actuellement, soit des bureaux, des cliniques. Ce qu'on ne veut pas c'est d'un très gros centre d'alimentation qui va occasionner une arrivée massive de clients, des camions de marchandise. On est déjà très bien servie dans le milieu au niveau des épiceries, on en retrouve quatre dans un rayon d'un kilomètre», a-t-il fait valoir.

Dans le projet initial présenté au conseil municipal en avril, le promoteur désirait également construire deux immeubles de 24 condos pouvant atteindre quatre étages aux abords de la rue Charles-Beaudelaire. Cet aspect a toutefois été retiré du projet, enlevant du même coup le droit aux résidants de cette rue de s'opposer officiellement, dans un registre, au développement du projet.

«Pourquoi est-ce que le promoteur a annulé la construction de ces condos? Pour nous empêcher de nous y opposer dans un registre? C'est légal, mais je ne pense pas que ce soit très éthique.»

Citoyen favorable

De son côté, le citoyen Pierre Pinard a pris la parole au nom de plusieurs propriétaires de condos situés sur la rue Émile-Zola afin d'encourager la Ville à aller de l'avant.

«Nous sommes heureux que la Ville aille de l'avant avec ce projet. J'ai parlé à plusieurs propriétaires résidants de la rue Émile-Zola et seules deux personnes m'ont signifié leur désaccord. Nous sommes heureux d'avoir accès à plus de commerces de proximité», a-t-il affirmé.

Plusieurs élus, dont Christine Ouellet, Nicole Bergeron, Vincent Boutin et le maire Bernard Sévigny se sont dits satisfaits que la Ville aille de l'avant dans ce projet afin de permettre au promoteur de tenir une consultation publique, le 11 décembre.

«Les gens vont pouvoir assister à la rencontre et se faire une tête sur ce projet. Le pouvoir est dans leur main. On est encore en mode écoute et on peut encore se faire influencer. Ce soir, on donne le feu vert pour enclencher le processus qui permet de se rendre soit à l'acceptation, soit au rejet du projet», a souligné Mme Bergeron.

Les conseillers Marc Denault et Pierre Tardif ont marqué leur dissidence lors du vote.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer