Entente entre les chargés de cours et l'UdeS

Les chargés de cours de l'Université de Sherbrooke n'auront finalement tenu... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les chargés de cours de l'Université de Sherbrooke n'auront finalement tenu qu'une journée de grève; une entente de principe a été conclue entre le syndicat et la direction, et devrait être entérinée lundi par les chargés de cours en assemblée générale.

André Poulin, président du SCCCUS... (IMACOM, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

André Poulin, président du SCCCUS

IMACOM, René Marquis

Les cours et autres activités pédagogiques reprendront donc de façon normale dès dimanche.

La séance de négociation de vendredi, faite en présence d'une conciliatrice, s'est poursuivie dans la nuit. «On a établi une entente de principe au milieu de la nuit. On est excessivement contents!» affirmait samedi avant-midi le président du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UdeS (SCCCUS), André Poulin.

Le déclenchement d'une grève générale illimitée vendredi pour accélérer les négociations relatives à la convention collective, qui duraient déjà depuis 11 mois, semble donc avoir porté ses fruits, aux yeux du syndicat.

«On trouvait que tout allait très lentement, mais la présence de la conciliatrice a accéléré le processus. La partie patronale a participé pleinement, on peut dire qu'ils n'ont jamais refusé le dialogue, de nous entendre, ils ont fait des concessions et on est satisfaits», affirme M. Poulin.

Celui-ci présentera donc lundi à ses membres une entente avec laquelle il serait content de vivre pour les trois prochaines années, soutient-il. «J'ai senti que la direction a vraiment fait des efforts pour répondre à certaines de nos demandes. Dans le contexte actuel, politique et social, avec les compressions, je pense qu'on a été chercher tout ce qu'on pouvait.»

Les enjeux de représentativité et de reconnaissance étaient forts importants aux yeux des chargés de cours dans le cadre des négociations. «L'Université nous a démontré qu'elle comprend nos préoccupations et qu'elle les trouve légitimes. On a senti cette ouverture», ajoute M. Poulin.

Le SCCCUS regroupe 2500 chargés de cours qui assument plus de 50% des cours offerts à l'UdeS au premier cycle. En octobre, les membres avaient voté en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève générale illimitée, qui a été déclenchée vendredi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer