Granby veut rester avec le CHUS pour les soins surspécialisés

Même s'il souhaite continuer à être desservi en Estrie pour les soins... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Même s'il souhaite continuer à être desservi en Estrie pour les soins spécialisés et surspécialisés, le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Yamaska veut se joindre à quatre autres CSSS de son territoire dans le cadre de la réforme prévue par le projet de loi 10, pour créer un nouveau centre intégré de santé et de services sociaux.

Dans son mémoire relatif au projet de loi 10 du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec Gaétan Barrette, le CHUS avait exprimé son intérêt à y ajouter les territoires des CSSS La Pommeraie et CSSS de la Haute-Yamaska, soit les secteurs Brome-Missisquoi et de Granby.

Or dans son mémoire déposé en commission parlementaire en début de semaine, le CSSS de la Haute-Yamaska propose plutôt un regroupement de cinq CSSS de la Montérégie-Est pour y intégrer les deux territoires que le CHUS souhaiterait intégrer de même que ceux des secteurs de Saint-Hyacinthe et Saint-Jean-sur-Richelieu, soit un bassin d'environ 550 000 personnes, 11 000 employés et 900 médecins.

«Il faut bien se comprendre, nous n'avons absolument rien contre Sherbrooke. Nous souhaitons que le CHUS soit reconnu comme centre universitaire et que notre population puisse y bénéficier des corridors de services en soins de troisième et quatrième ligne», explique le président du conseil d'administration du CSSSHY, Jean-Marc Savoie.

Ce que demande le CSSSHY, c'est de pouvoir rester sur le territoire naturel pour sa population.

«Nous faisons le choix de rester sur le territoire où nous sommes présents depuis plusieurs dizaines d'années. Lors de l'implantation d'une telle réforme, il est essentiel de continuer à bien desservir notre clientèle dans un seul CISSS pour la Montérégie-Est. Nous ne voulons pas avoir à retoucher notre corridor actuel en soins de première et deuxième ligne. Nous voulons être prêts à fonctionner dès le départ», explique Jean-Marc Savoie.

Le CHUS confirme qu'il se dit prêt à collaborer avec les intervenants de la région de Granby pour les soins en troisième et quatrième ligne comme c'est le cas actuellement. Les services à la population en cardiologie, oncologie et pédiatrie entre autres pourront continuer à être prodigués comme c'est le cas actuellement.

«Les discussions se poursuivent avec eux concernant l'organisation des services. Nous voulons maintenir les corridors de services comme avant en troisième et quatrième ligne. Les services à la population ne seront pas touchés», assure la directrice des communications au CHUS, Jacinthe Ouellette.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer