Les chargés de cours de l'UdeS sont en grève

Les chargés de cours de l'Université de Sherbrooke ont mis leur menace à... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) Les chargés de cours de l'Université de Sherbrooke ont mis leur menace à exécution et sont en grève générale illimitée depuis minuit. Mais leur syndicat et l'employeur se retrouveront devant la conciliatrice, ce vendredi après-midi, pour poursuivre la discussion en vue d'en arriver à un nouveau contrat de travail.

C'est ce que les deux parties ont fait savoir en fin de soirée, jeudi, au terme d'une longue journée de pourparlers.

« Il y aura grève des chargés de cours demain (vendredi). Toutes les formations offertes par des chargés de cours ne seront pas données », a précisé la directrice du service des communications de l'institution d'enseignement Lucie Frenière.

« Comme on n'a pas eu de réponse sur les clauses essentielles qu'on réclame, on a décidé de maintenir notre moyen de pression. Ça fait onze mois que l'Université a nos demandes alors on considère qu'on leur a donné assez de temps », a résumé André Poulin, président du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'Université de Sherbrooke, affilié à la Centrale des syndicats du Québec.

Le SCCCUS a déposé une proposition globale de règlement hier après-midi, à la dernière de trois journées d'un blitz de conciliation entrepris cette semaine. L'employeur a étudié le document pour finalement conclure, vers 21 h jeudi soir, qu'il n'était pas en mesure d'y répondre avant cet après-midi, relate M. Poulin.

« On espère maintenant que leur contreproposition sera responsable et positive (...). On est confiant que ça va être une bonne base pour poursuivre la négociation demain (aujourd'hui) et en fin de semaine », a-t-il ajouté.

Roulotte

Le Syndicat avait clairement laissé voir sa détermination, jeudi matin, quand une roulotte et des toilettes chimiques pouvant servir aux grévistes lors du conflit sont apparues dans l'environnement du campus alors que la conciliation était toujours en cours. Le bâtiment temporaire est installé bien en vue, le long du chemin Sainte-Catherine.

Une vidéo du SCCCUS montrant des classes vides circulait également hier. Le SCCCUS a par ailleurs envoyé à ses membres plus tôt cette semaine les modalités de compensation financière en cas de grève.

Les négociations piétinent après 11 mois de négociations et malgré l'arrivée d'une conciliatrice. Les membres du SCCCUS réunis en assemblée en octobre ont voté à plus de 90 % en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à cette grève générale illimitée.

Le SCCCUS regroupe 2500 chargés de cours qui assument plus de 50 % des cours offerts à l'UdeS au premier cycle. Environ 900 d'entre eux enseignent cette session si bien que la grève pourrait avoir des impacts importants sur le déroulement des activités à l'Université. Les chargés de cours sont particulièrement nombreux dans les facultés d'éducation, de lettres et sciences humaines, et d'éducation physique et sportive.

L'Université de Sherbrooke a organisé pour samedi ses habituelles portes ouvertes pour les futurs étudiants.

- Avec Claude Plante

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer