Budget: Annie Godbout dévoile ses priorités

Annie Godbout... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Annie Godbout

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) À l'approche du dépôt du budget 2015 à la Ville de Sherbrooke, les élus ont reçu un courriel leur demandant d'identifier leurs priorités et leurs suggestions. La conseillère du district de Rock Forest, Annie Godbout, a dévoilé ses cinq priorités sur son blogue.

À l'instar de sa collègue Nicole Bergeron, qui a déclaré être outrée des efforts qui sont exigés des municipalités à la suite de la conclusion du nouveau pacte fiscal, Mme Godbout estime que « le gouvernement renvoie une fois de plus ses problèmes dans la cour des municipalités ».

Rappelons que le pacte fiscal prévoit des compressions de 300 M$ pour l'ensemble du Québec, ce qui représente un effort de 4,3 M$ à Sherbrooke. S'ajoutent les 2 M$ en manque à gagner en raison du changement du tarif L au tarif LG imposé à Hydro-Sherbrooke.

« Sherbrooke devrait publiquement dénoncer cette demande (sur le fond et la forme). Même pour toutes les coupures dans les organismes communautaires, c'est nous qui en vivrons les conséquences. Le statut politique des villes et des services municipaux doivent être repensés en profondeur. Arrêtons de nous faire mener par Québec et faisons nos propres réflexions et nos revendications », écrit Mme Godbout.

La conseillère affirme qu'elle s'opposera à toute augmentation des taxes au-delà de l'inflation. « Il est pour moi impensable et économiquement dangereux d'ajouter un fardeau fiscal supplémentaire sur les épaules de nos citoyens avant d'avoir fini notre ménage. »

Elle ajoute en ce sens que la Ville pourrait faire preuve d'une plus grande efficacité. « Nous devons arrêter de nous mettre la tête dans le sable et avoir un plan d'action clair à cet effet et être cohérents. »

Elle souhaite développer une solidarité avec les employés pour mettre leur « intelligence » à profit.

Annie Godbout considère que les infrastructures routières et la cohabitation entre les cyclistes, les piétons et les automobilistes devraient être des priorités.

Elle ne néglige pas pour autant l'entrepreneuriat, l'innovation et la créativité. « Une meilleure cohésion entre les différents acteurs du développement économique à Sherbrooke pourrait être une piste de solution. Nos trois paramunicipales ont des plans stratégiques distincts. Il faut aller plus loin et intégrer un plan de développement économique sherbrookois incluant les grands acteurs comme les deux universités, le CHUS et la CSRS. Brisons les silos et travaillons ensemble plus que jamais. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer