Nikitotek: le producteur de Québec Issime exige un toit pour revenir

«Pas de toit, ce n'est pas viable!» Le producteur des spectacles de Québec... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «Pas de toit, ce n'est pas viable!» Le producteur des spectacles de Québec Issime Robert Doré, qui a présenté Cow-boys, de Willie à Dolly à Sherbrooke l'été dernier, laisse très peu de doutes sur l'importance qu'il accorde à l'ajout d'un toit au-dessus des gradins de la place Nikitotek. À la séance du comité plénier de la Ville de Sherbrooke, hier, il en a fait une condition pour un retour à l'été 2015.

«S'il n'y a pas de toit, nous irons vers une ville qui nous offrira un toit. Ça fait partie des conditions gagnantes. Dans l'optique d'avoir un spectacle qui sera un attrait touristique majeur, pour la rentabilité, il faut un toit. Sinon, je n'y arriverai pas», dit-il.

Même si le président du conseil municipal Serge Paquin avait affirmé en début de soirée que le débat ne porterait pas sur l'avenir de la place Nikitotek, l'aménagement de la scène extérieure a soulevé plusieurs questions.

Dans une lettre datée du 14 octobre qu'il avait adressée au directeur général de Destination Sherbrooke, Robert Doré exprimait son ouverture à conclure une entente à long terme avec la Ville de Sherbrooke. En utilisant le modèle d'affaires déployé en 2014, il s'engagerait pour cinq ans à partir de l'été 2015. Mais à une condition.

«Afin de poursuivre le développement de votre amphithéâtre extérieur et d'accroître son rayonnement sur l'échiquier touristique national, nous croyons qu'il est impératif d'y ajouter un toit. L'ajout d'un toit au bénéfice des spectateurs nous permettra de développer de façon significative le marché de groupe et contribuera à augmenter considérablement les retombées économiques pour la ville de Sherbrooke. Cet ajout nous permettrait également de récupérer notre investissement pour 2014 et viendrait consolider les vôtres et ceux de la Ville de Sherbrooke pour de nombreuses années.»

M. Doré estime qu'une augmentation de l'achalandage de 50 % dès la première année serait très réaliste avec l'amélioration souhaitée. «Nous savons qu'avant de commencer une saison, pour nos autres spectacles intérieurs, nous vendons toujours entre 2500 et 3000 billets aux groupes. Si on veut vendre de la réservation de groupe, c'est nécessaire. Sinon, nous sommes pris à vendre des billets de dernière minute. Les gens n'achèteront pas un billet à 61 $ deux mois d'avance s'ils ne savent pas s'il fera beau.»

Robert Doré est convaincu qu'il y a un marché pour son produit. «J'ai fait le même spectacle à Saguenay pendant 15 ans. Nous avons une production à la place des Arts, Décembre, qui est là pour la 12e année. Nous savons que les spectacles de Québec Issime sont un produit touristique demandé.»

Il exige toutefois une réponse avant les Fêtes, sans quoi il offrira son spectacle ailleurs.

En négociations avec le privé

Le président de Destination Sherbrooke, le conseiller Rémi Demers, s'est montré prudent sur la question du toit. À mots couverts, il semble confirmer que des démarches visent notamment à amortir le coût de l'infrastructure, évalué il y a quelques années entre 800 000 et 900 000 $.

«À Destination Sherbrooke nous planchons sur un plan d'affaires qui devrait être intéressant. Nous sommes en négociations avec le secteur privé. Nous ne pouvons présumer de rien, mais nous sommes confiants d'arriver à une proposition qui recevra l'aval de mes collègues. Nous poussons la machine pour que ce spectacle ait lieu en 2015 et pour plusieurs années. Nous travaillons sur des scénarios et des associations avec le milieu. Nous n'écartons rien. Québec Issime a démontré de l'intérêt pour une entente à long terme. C'est le scénario que nous souhaitons travailler.»

Le maire Bernard Sévigny y voit un dilemme, en période de coupes budgétaires, mais il rappelle qu'il est du devoir d'une Ville d'investir dans le tourisme dans une perspective de développement économique. Le coût d'un toit, au budget d'immobilisation, pourrait être amorti sur la durée de vie utile de l'installation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer