Sherbrooke Innopole devra refaire ses exercices budgétaires

Marc Cantin... (Archives)

Agrandir

Marc Cantin

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «Sherbrooke Innopole continuera ses activités avec la même structure de développement, les mêmes filières clés. Il reste à voir l'ampleur des coupes budgétaires. Des rumeurs avancent une réduction de 50 pour cent dans le budget de Québec. Nous savons que la Ville de Sherbrooke ne sera pas en mesure de combler ce manque à gagner si tel est le cas», a déclaré, jeudi, le président du conseil d'administration de Sherbrooke Innopole, Marc Cantin, en réaction aux annonces de mercredi du gouvernement provincial.

Rappelons que la nouvelle gouvernance instaurée par Québec donnera le choix aux MRC de déléguer ou non aux CLD, ou à une autre organisation comme Sherbrooke Innopole, l'exécution de leurs compétences en matière de développement économique local et de soutien à l'entrepreneuriat.

«C'est ce que la Ville souhaitait et c'est une bonne nouvelle pour l'équipe de Sherbrooke Innopole qui était très inquiète en début de semaine puisque les premières ébauches du projet prévoyaient que les MRC ne pourraient plus transférer le développement économique local», soutient M. Cantin.

Au cours des prochaines semaines, Sherbrooke Innopole devra refaire ses exercices budgétaires avec les chiffres révisés. «Les budgets faits en 2014 prévoyaient déjà des coupes de 10%. Pour le moment, on attend que le gouvernement dévoile les détails pour refaire nos calculs», spécifie M. Cantin.

L'Association des CLD du Québec croit que la pression exercée par plusieurs intervenants du milieu a influencé la décision du gouvernement.

«L'importante mobilisation des élus, des entrepreneurs et des partenaires partout au Québec en faveur du maintien des CLD et de leur expertise aura finalement trouvé écho auprès du gouvernement Couillard», a affirmé par communiqué de presse l'Association des CLD du Québec (ACLDQ).

« La grogne qui s'est fait entendre dans l'ensemble du Québec au cours de la dernière semaine semble avoir porté fruit. On ne connait pas encore les conséquences exactes de ce nouveau modèle de gouvernance, mais au moins, la précieuse expertise qui prévaut au sein des CLD et surtout, l'implication de milliers de bénévoles et partenaires dédiés au développement économique de leurs régions ne sera pas complètement perdue », soulève Yves Maurais, président de l'ACLDQ.

Au cours des prochaines semaines, la transition devra veiller à protéger le plus possible l'expertise locale, mais surtout, les milliers de dossiers en cours, espère l'ACLDQ. « Quel choix chacune des MRC fera-t-elle? Exercer elle-même la compétence, ou encore la confier au CLD ou à une autre organisation? Et quel budget allouera chaque MRC au développement économique local? Voilà autant de questions qui restent en suspens », selon M. Maurais.

Alors que les rumeurs d'abolition du CLD circulaient depuis quelques semaines déjà, rappelons que plusieurs municipalités, MRC et régions se sont mobilisées dans une ultime tentative de sauver l'expertise des CLD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer