Les pitbulls seront autorisés sur tout le territoire

La Ville de Sherbrooke remanie son règlement relatif aux animaux de compagnie.... (Archives La Pressse)

Agrandir

Archives La Pressse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke remanie son règlement relatif aux animaux de compagnie. Le règlement, qui devrait être adopté le 17 novembre pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2015, prévoit plusieurs nouvelles mesures liées au nombre et aux types d'animaux autorisés. Les pitbulls, interdits à Sherbrooke, mais permis sur le territoire des anciennes municipalités fusionnées, seront par exemple permis partout.

Line Chabot... (Imacom, Jocelyn Riendeau) - image 1.0

Agrandir

Line Chabot

Imacom, Jocelyn Riendeau

La greffière adjointe à la Ville de Sherbrooke Line Chabot a confirmé qu'il s'agit d'une refonte complète du règlement, un exercice réalisé en collaboration avec la Société protectrice des animaux de l'Estrie et d'autres intervenants du milieu, notamment les vétérinaires en santé animale du Cégep de Sherbrooke. « Le règlement a été modifié à environ 75 % », fait valoir Mme Chabot.

Parmi les changements majeurs, le nombre combiné de chats et de chiens permis demeure inchangé, à quatre, mais il sera possible d'obtenir un permis spécial pour un gardien qui souhaiterait garder jusqu'à dix chats. Dans ce cas, le nombre de chiens sera limité à deux. Pour obtenir le permis spécial, qui sera gratuit, il faudra nécessairement posséder une résidence unifamiliale isolée, jumelée ou en rangée.

« Les chats devront vivre à l'intérieur ou dans un enclos aménagé. Ils ne pourront pas être en liberté dans le quartier et ils devront être stérilisés », explique Mme Chabot.

«Il sera obligatoire de stériliser tous les chats d'une unité d'occupation à l'exception d'un seul. C'est une mesure transitoire pour en venir à la stérilisation de tous les chats.»


La Ville s'attend à délivrer une centaine de permis spéciaux par année.

La nuisance liée aux chats errants force par ailleurs la municipalité à imposer la stérilisation des félins. « Il sera obligatoire de stériliser tous les chats d'une unité d'occupation à l'exception d'un seul. C'est une mesure transitoire pour en venir à la stérilisation de tous les chats. »

Une période de deux ans sera accordée pour réaliser les chirurgies et certaines exceptions pourraient être observées. Les chiens provenant de la SPA, d'une animalerie ou d'un refuge devront aussi être stérilisés.

À partir du 1er janvier, aucune race de chien ne sera interdite à Sherbrooke. « Il y avait une difficulté à prouver la présence d'un véritable pitbull et les spécialistes disent qu'il n'est pas vrai que les pitbulls sont plus dangereux que les autres. »

Un contrôle des chiens dangereux sera néanmoins effectué. À la suite d'une plainte, une évaluation comportementale pourra être réalisée par un spécialiste. Un chien jugé dangereux sera euthanasié alors que ceux déclarés potentiellement dangereux seront soumis à des règles de garde sévères. Un propriétaire qui verrait ses animaux euthanasiés à répétition pourrait être déclaré irresponsable.

« Dans ce cas, le propriétaire ne pourra pas adopter de chien pour une période de trois ans », indique Line Chabot.

Parmi les autres mesures, il sera interdit de laisser un chien seul pour plus 24 heures et un animal ne pourra plus demeurer attaché pour une période excédant 12 heures consécutives par période de 24 h. Les animaux, à l'exception des chats, devront être tenus en laisse sur une place publique. Ils pourront être gardés dans un enclos ou sous la surveillance immédiate de leur gardien sur le terrain de son unité d'occupation.

Un permis sera nécessaire pour la présentation de spectacles ou de démonstrations, comme un cirque, de manière à encadrer la sécurité des spectateurs. Un permis sera aussi exigé pour l'élevage de chats et de chiens.

La Ville assouplit par ailleurs sa règlementation en lien avec les reptiles. Il sera désormais possible de posséder des reptiles atteignant deux mètres de longueur, alors que le règlement actuel ne permettait qu'une taille maximale d'un mètre. « C'était nécessaire parce qu'un serpent à maturité dépasse toujours un mètre. »

Enfin, les amendes liées au contrôle des animaux augmentent considérablement. Elles varient entre 50 et 1000 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer