Le ministre Barrette loue la façon dont la région «embrasse» sa réforme

Gaétan Barrette... (Archives La Presse)

Agrandir

Gaétan Barrette

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Le CHUS a reçu un accueil favorable jeudi en commission parlementaire quant à la reconnaissance de son statut universitaire et à l'élargissement de son bassin de population dans le cadre de la réforme du sytème de santé qu'entend réaliser le gouvernement Couillard.

Dans son mémoire présenté hier devant la Commission de la santé et des services sociaux, le CHUS a formulé deux recommandations: une pour le réseau de la santé et une autre pour l'Estrie.

Pour le réseau de la santé, le CHUS recommande la création d'une catégorie distincte de centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS), là où existe déjà un centre hospitalier universitaire. Un tel regroupement d'établissements porterait alors le nom de CIUSSS (centre intégré universitaire de santé et de services sociaux), ce qui permettrait de reconnaître la vocation universitaire de l'établissement en termes de rayonnement et de dispensation des services à la population.

Sur cette première recommandation, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a été très clair: «La vocation universitaire, je vous l'accorde, a-t-il lancé d'entrée de jeu. Je suis d'accord avec le fait qu'il faut davantage définir la dénomination pour y inclure le volet universitaire (...). Là-dessus, je peux vous assurer que ça sera fait», a promis le ministre qui s'est par ailleurs dit ravi du contenu du mémoire présenté par le CHUS. «Vous êtes le premier groupe qui embrasse aussi étroitement notre démarche et notre façon d'appliquer la réforme et je vous en félicite.»

Outre le président du conseil d'administration du CHUS, Jacques Fortier, le mémoire a été présenté par Diane Gingras, présidente du c.a. du CSSS-IUGS, Dr Serge Lepage, président du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CHUS, Dr Stéphane Tremblay, directeur général du CHUS, et Carol Fillion, directeur général du CSSS-IUGS.

Élargissement du territoire

L'autre recommandation concerne spécifiquement l'Estrie. Elle propose que la reconnaissance du CIUSSS touche l'ensemble des établissements de la région, notamment le CHU, l'institut universitaire de gériatrie, le centre affilié universitaire et le centre de réadaptation, tout en bonifiant le CIUSSS d'une désignation d'institut universitaire de première ligne.

Elle prévoit aussi l'élargissement de son bassin de population grâce à l'ajout des CSSS La Pommeraie (Brome-Missisquoi) et de la Haute-Yamaska (Granby), ce qui porterait son bassin de desserte à près de 500 000 personnes, comparativement aux 350 000 desservies à l'heure actuelle. Une population qui présente en outre des similarités avec celle de l'Estrie, notamment au chapitre de la présence anglophone.

Enfin, le CHUS demande à ce que son territoire actuel de services surspécialisés au sein du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) soit garanti par le projet de loi 10, de même que le maintien des ententes de corridors déjà conclues avant le projet de loi et répondant aux besoins de la population desservie.

Et les usagers

En conférence téléphonique suivant le dépôt du mémoire, Jacques Fortier s'est dit «très fier» d'avoir pu présenter la vision du CHUS dans le cadre du projet de loi 10. Une vision, a-t-il dit, qui s'appuie sur «la couleur» que l'Estrie s'est donnée au fil des ans en matière d'offres de services en santé et services sociaux.

«Même si la réforme prévoit qu'il n'y aura qu'un seul conseil d'administration, je tiens à dire que pour nous tous les établissements sont importants et que les services à la population se feront dans le respect des spécialités de chacun de ces établissements (...). Nous serons en complémentarité dans l'offre de services et les décisions se prendront beaucoup plus rapidement», a déclaré M. Fortier.

Pour ce qui est des craintes exprimées par les usagers face au fait qu'ils devront composer avec un seul conseil d'administration, les cinq dirigeants ont voulu se faire rassurants. Selon eux, le projet de loi 10 permet de mettre en place des mécanismes de consultation et d'évaluation des services où les patients auront voix au chapitre dans chacun des milieux qu'est appelé à desservir le futur CIUSSS.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer