Une maison des jeunes en renfort pour l'aide aux devoirs

La Maison des jeunes « La Maize » souhaite lancer... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

La Maison des jeunes « La Maize » souhaite lancer un projet d'aide aux devoirs. Sur la photo, on aperçoit les stagiaires en psychoéducation de l'Université de Sherbrooke Roxanne Legault et Maude Grenier et, au centre, le coordonnateur de la Maison des jeunes, Alexandre-Sacha Simoneau.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Afin d'aider les élèves qui ont besoin d'aide aux devoirs, la Maison des jeunes de Fleurimont La Maize tente de mettre en place un service de soutien afin d'accompagner cette jeune clientèle. Le projet est destiné aux élèves de l'école primaire Desranleau.

« Le projet est en création; on travaille avec l'école Desranleau. On s'est dit qu'on pourrait se servir de nos stagiaires en psychoéducation », commente Alexandre-Sacha Simoneau, coordonnateur de la Maison des jeunes de Fleurimont, située tout près de l'école primaire Desranleau.

« C'est une approche libre et volontaire : les jeunes viennent avec leur sac à dos. »

Chaque année, l'organisme maintenant basé dans l'ancien hôtel de ville de Fleurimont (chemin Galvin) ouvre ses portes aux étudiants de première année du baccalauréat de psychoéducation de l'Université de Sherbrooke.

« On offrait déjà de l'aide aux devoirs », explique Alexandre Sacha-Simoneau. « C'est une approche libre et volontaire : les jeunes viennent avec leur sac à dos, ils ont un endroit tranquille et ils peuvent faire appel aux animateurs... »

Le projet permettrait d'élargir ce service aux 10 à 12 ans, dans un contexte de compressions budgétaires. Pour les élèves de l'école primaire, l'organisation ouvrirait ses portes à compter de 15 h 30 jusqu'à l'ouverture de la Maison des jeunes.

Il semble cependant qu'il n'y avait pas énormément de jeunes de 10 à 12 ans qui pouvaient être ciblés pour de l'aide aux devoirs. Toutefois, il n'est pas exclu de collaborer avec d'autres établissements. Des liens sont déjà tissés avec l'école primaire en raison de sa proximité.

Même si l'initiative pour les jeunes du primaire n'en est qu'à ses balbutiements, Alexandre-Sacha Simoneau souhaiterait qu'elle soit récurrente.

«On a saisi la balle au bond.»


Rappelons qu'à la suite des dernières compressions imposées par Québec, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), à l'instar d'autres commissions scolaires de la province, a fait disparaître l'aide aux devoirs dans ses écoles. Les élus de l'Assemblée nationale ont ensuite adopté une motion demandant aux organisations de ne pas couper dans l'aide aux devoirs et l'aide alimentaire, notamment. La motion a toutefois été expédiée alors que les conseils des commissaires ne siègent pas : les élus scolaires se réuniront après les élections scolaires de ce dimanche. « On a saisi la balle au bond », explique Alexandre-Sacha Simoneau. Les étudiants de l'Université de Sherbrooke sont en stage d'octobre à mai; le projet peut donc s'étaler sur sept mois pendant l'année.

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n'a pas voulu donner plus de détails sur le projet, celui-ci étant « embryonnaire ». Il y a une volonté du milieu, mais il reste maintenant à travailler sur la faisabilité du projet, a fait savoir l'organisation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer