L'histoire de Fleurimont mise en valeur

Julien Ducharme a donné son nom à un centre sportif, mais connaît-on... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Julien Ducharme a donné son nom à un centre sportif, mais connaît-on l'influence qu'il a eue dans l'ex-municipalité de Fleurimont? Quelle église est communément appelée la cathédrale de l'est? Pour que les joyaux historiques de l'ancienne ville de Fleurimont ne tombent pas dans l'oubli, six plaques commémoratives dévoilées mercredi ont été ou seront installées.

Quatre lieux emblématiques, soit le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, l'église du Coeur-Immaculé-de-Marie, l'école Saint-Jean-Baptiste et le parc Victoria, de même que deux personnalités, Julien Ducharme et Dolor Biron, sont ainsi consacrés.

« Cette initiative met en lumière l'histoire et le patrimoine de l'arrondissement de Fleurimont. Elle ne pourra qu'accentuer le sentiment d'appartenance des citoyens de l'arrondissement, mais aussi, je le souhaite, de l'ensemble de la ville de Sherbrooke. Je vous invite à découvrir une histoire locale riche de vécu », a commenté le président de l'arrondissement de Fleurimont Louisda Brochu.

La Société d'histoire de Sherbrooke a bien sûr été appelée à contribuer au projet. Quand le téléphone de son directeur général Michel Harnois a sonné, il s'affairait déjà à un projet appelé « Histoire locale » et qui devait englober les six arrondissements. « Les personnages que nous honorons sont plus grands que nature. Les lieux que nous reconnaissons ont marqué l'histoire non seulement de Fleurimont, mais de toute la ville. Il n'a pas été facile de choisir les sujets. Nous avons dressé une liste d'une quinzaine de propositions que nous avons soumises aux élus pour la sélection finale. »

Les panneaux seront apposés dans les lieux qu'ils commémorent. Celui portant sur l'ancien maire Julien Ducharme sera installé au centre qui porte son nom alors que celui honorant Dolor Biron se retrouvera à l'église Saint-Jean-Baptiste.

L'ancien maire Julien Ducharme a oeuvré en politique de 1963 à 1993. Malgré sa longue carrière politique, il existe très peu de photos de lui dans les archives, raconte M. Harnois. C'est sous sa gouverne, en 1971, que la municipalité d'Ascot Nord adopte le nom de Fleurimont pour limiter la confusion avec les municipalités d'Ascot Corner et du Canton d'Ascot.

Ceux qui ont toujours connu le CHUS comme un centre hospitalier apprendront pour leur part qu'on visait d'abord à y établir un hôpital psychiatrique, mais que le projet a avorté en 1962.

Claude Métras, qui agissait comme représentant des citoyens, a salué l'ajout des plaques commémoratives. « Il ne faut pas perdre la mémoire de ce que nous avons vécu. Un personnage qui a un peu de mémoire qui meurt, c'est toute une bibliothèque qui s'éteint. J'espère que ces informations seront distribuées dans les écoles primaires et secondaires, et même dans les cégeps et les universités pour que nous ayons conscience des lieux où nous sommes. »

Michel Harnois serait très heureux de contribuer à un projet semblable dans les autres arrondissements. « Je dis tout le temps qu'on protège bien ce que l'on connaît. Si on connaît l'histoire, les lieux, les institutions, nous serons plus enclins à les protéger. »

Le projet a été développé grâce à l'Entente de développement culturel entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Sherbrooke. Son coût est évalué à 56 000 $, dont 30 000 $ en subvention du ministère de la Culture et des Communications. Une foule de renseignements, de même que des capsules vidéo, peuvent être consultés au sherbrooke.ca/histoirefleurimont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer