La Ville doublera le nombre de défibrillateurs

La Ville de Sherbrooke doublera le nombre de défibrillateurs dans les espaces... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke doublera le nombre de défibrillateurs dans les espaces municipaux au cours des prochaines semaines.

L'administration municipale a annoncé qu'elle installera 15 défibrillateurs externes automatisés (DEA) dans les bâtiments municipaux et dans les locaux d'organismes reconnus par la Ville.

«Nous avons ciblé les endroits en fonction de l'utilisation. Dans la première phase, nous avons installé des défibrillateurs dans les endroits où il se déroule de l'activité physique intense comme les arénas. Dans la deuxième phase, nous avons ciblé principalement les parcs et les centres communautaires. Le type de clientèle plus susceptible d'être à risque est aussi un autre élément analysé dans le choix de l'emplacement des défibrillateurs. Nous allons être rendus à 30 appareils », explique le directeur du Service des sports de la culture et de la vie communautaire à la Ville de Sherbrooke, Jean-Yves LaRougery.

La Ville de Sherbrooke a choisi d'injecter 25 000 $ par année pendant cinq ans pour poursuivre le déploiement de ces appareils qui peuvent accroître les chances de survie d'une personne victime d'un arrêt cardiaque. Certains des appareils installés s'avèrent être des dons de la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC.

«Nous avons la possibilité d'en ajouter 15 supplémentaires chaque année durant une période de cinq ans. L'objectif demeure d'en installer dans tous les édifices publics», expleque M. LaRougery

Les employés qui travaillent dans les endroits où sont installés les DEA recevront une formation. Les citoyens sont aussi invités à la formation «Héros en trente» pour acquérir les notions de base pour reconnaître les signes d'obstruction des voies respiratoires et d'arrêt cardiorespiratoire.

«Ce sont des appareils qui sont très faciles d'utilisation. Il y a une voix qui guide la personne qui l'utilise. Dans 85 pour cent des cas d'arrêt cardiaque, c'est l'arythmie cardiaque qui est en cause. La fibrillation ventriculaire la plus rapide possible augmente les chances de survie », mentionne Jean-Yves LaRougery.

L'arrêt cardiaque est la principale cause de décès en Amérique du Nord.

Juste en 2013, les défibrillateurs externes automatisés de la Ville de Sherbrooke ont permis de sauver au moins deux vies, l'une au Palais des sports et l'autre au Centre récréatif de Rock Forest.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer