«Le MESS impose aux Carrefours jeunesse-emploi une désorganisation totale»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) impose aux Carrefours jeunesse-emploi (CJE) un modèle administratif basé sur des ententes de services régionales. Emploi-Québec contrôlerait désormais le référencement des jeunes, éliminant ainsi l'autonomie d'intervention des CJE.

« Le MESS impose aux Carrefours jeunesse-emploi une désorganisation totale. Les jeunes ne sont plus une priorité pour le MESS. Cette désorganisation aura d'importantes répercussions sur les services offerts aux jeunes dans les CJE. Ce sont les jeunes, encore une fois, qui écoperont le plus de ces mesures d'austérité », indique le directeur général intérimaire du Carrefour Jeunesse Emploi de Sherbrooke, Pascal Cloutier.

Dans le cadre des travaux de la Commission permanente de révision des programmes, le MESS a convié cette semaine à Québec le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ) à une rencontre d'information. Trois représentants du RCJEQ étaient présents. « Force est d'admettre que le ministère, obsédé par le déficit zéro, sacrifie les jeunes du Québec », soulignent ces représentants.

L'imposition d'un type de clientèle sélectionné par le MESS vient diminuer l'universalité de la clientèle, principe essentiel à tous les CJE du Québec que celui d'accueillir tous les jeunes du Québec, sans égard à leur statut socioéconomique.

« Le gouvernement risque de perdre de nombreux jeunes avec cette désorganisation. Des délais importants d'accès aux services sont inévitables pour les jeunes recrutés par les CJE. Des impacts majeurs se feront sentir auprès des jeunes sans chèque» et les NEET », indique M. Cloutier.

« Avant d'aller plus loin dans nos réflexions, nous souhaitons d'abord en discuter avec nos membres. Chose certaine, ce que le ministère souhaite ne convient absolument pas et ne répond pas aux besoins des jeunes. Nous nous réunissons les 28 et 29 octobre prochains dans le cadre de notre congrès annuel. Nous avons l'intention de proposer des alternatives au ministère afin de continuer de mettre l'accent sur les services offerts aux jeunes de la région. Saura-t-il nous entendre? » conclut M. Cloutier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer