Les virus chez les enfants : mythes ou réalité?

L'automne s'est installé et amène avec lui de... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

L'automne s'est installé et amène avec lui de nombreux rhumes et autres maladies très fréquentes chez les enfants.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les petits nez ont commencé à couler; les enfants enrhumés ont commencé à se pointer à la garderie. Dans les centres de la petite enfance, les boîtes de mouchoirs sont sorties et se multiplient. Ah, les rhumes! Voilà un signe que l'automne s'est installé et que l'hiver sera bientôt là. Bien des parents se posent des questions par rapport à la santé de leurs enfants, une fois venue la saison des microbes et des virus. Mythes ou réalité? La Tribune répond à quelques questions.

Il est possible d'attraper le rhume si on a froid.

MYTHE : « Le rhume est une infection virale qui est transmise par une autre personne. L'infection ne se trouve pas dans le vent ni dans la tuque! », explique la pédiatre Thérèse Côté-Boileau.

Otite, sinusite... Il faut des antibiotiques.

MYTHE : Les antibiotiques servent à combattre les infections bactériennes et n'agissent pas du tout contre les infections virales. Or, les maladies comme les otites et les sinusites peuvent être d'origine bactérienne ou virale. Faut-il alors donner des antibiotiques?

« Beaucoup de ces maladies se guérissent de façon spontanée pour les enfants de plus de six mois. Il faut donc se fier à l'état général de l'enfant. S'il fait une grosse fièvre, qu'il semble très malade et dans un mauvais état général, on va le traiter. Mais si la douleur semble tolérable et qu'il est dans un bon état général, on ne le traitera pas avec des antibiotiques. Avec le temps, les germes deviennent résistants aux antibiotiques et il faut en utiliser qui sont de plus en plus perfectionnés pour réussir à soigner les patients », ajoute Thérèse Côté-Boileau.

Un enfant souvent malade développe son système immunitaire.

MYTHE et RÉALITÉ : « Le système immunitaire est présent ou pas : nous avons chacun un système immunitaire qui nous est donné. Plus on a d'infections, plus on fait d'anticorps, qui sont les agents protecteurs de notre système.

« Par contre, le même virus revient souvent sous une autre forme, comme un cousin du virus, alors il est possible de l'attraper de nouveau sous une autre forme », explique la pédiatre au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke.

Vivre avec des animaux aide les enfants à combattre les problèmes respiratoires.

Incertain : En ce moment, les chercheurs se posent beaucoup de questions sur notre façon de vivre en général. Dans notre monde aseptisé, on se défendrait moins contre les maladies. « Dans le même principe qu'un enfant exposé au rhume va créer des anticorps, un enfant exposé à la poussière et aux animaux risquerait moins de développer des allergies respiratoires. Mais on ne sait pas. Les questions se posent. »

Les petits nez peuvent couler de septembre à mars... presque sans interruption.

RÉALITÉ : En hiver, un petit Québécois peut contracter de 10 à 12 épisodes de rhumes et grippes, qui peuvent durer de 7 à 10 jours chacun. Sur une période d'environ six mois, ça fait beaucoup de jours de maladies!

Bébé a le rhume, maman l'attrape... Maman peut le redonner à fiston.

MYTHE : Il est impossible d'attraper le même virus sous la même forme en raison de la défense immunitaire. Donc, si un enfant attrape le rhume et que maman l'attrape ensuite, elle ne pourra pas lui refiler par la suite.

« Une infection croisée est possible cependant. L'enfant est plus fatigué, il a plus de sécrétions, sa muqueuse est irritée, donc, il est possible qu'il attrape une autre souche du même virus. C'est tellement facile d'attraper un rhume. Il suffit de toucher à un panier d'épicerie, même pas besoin d'aller à la garderie! » s'exclame la médecin du CHUS.

Il faut nettoyer le nez du bébé tous les jours.

MYTHE  : Les produits de type Hydrasens sont très efficaces pour un nez bouché tant que les enfants ne sont pas capables de moucher.

Et à quel âge un enfant peut-il se moucher? « Ça varie beaucoup d'un enfant à l'autre. Il doit comprendre qu'il faut souffler », explique la pédiatre Thérèse Côté-Boileau.

Quand une infection est présente, une bonne hygiène du nez peut aider à prévenir que les sécrétions trop épaisses viennent boucher les trompes d'Eustaches et les sinus.

Il ne faut cependant pas l'utiliser à l'excès afin d'éviter l'irritation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer