150 personnes répondent à l'invitation de Destination Sherbrooke

C'est dans le but deformer des ambassadeurs touristiques... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

C'est dans le but deformer des ambassadeurs touristiques que Destination Sherbrooke a organisé samedi trois circuits découverteofferts gratuitement à la population de la ville. Un arrêt au centre-ville était de mise dans chacune des versions de ces circuits.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Ce n'est pas tout le monde qui sait qu'en poussant cette petite porte enclavée au 92 de la rue Wellington Nord, puis en gravissant l'étroit escalier qui se trouve derrière, on peut savourer un café en profitant d'une vue en plongée sur la plus mignonne des rues du centre-ville, tout en décorant, si le coeur nous en dit, un bol de céramique.

Le Café créatif au croquis a pignon sur rue à Sherbrooke depuis plusieurs années déjà. Mais qui de mieux placé qu'un Sherbrookois pour ignorer ce qu'il y a à Sherbrooke? «On se dit tout le temps que c'est plus beau sur le terrain du voisin. Mais nous, on veut dire aux gens : «découvrez votre ville, sachez où amener les gens qui viennent vous visiter»«, dit Lynn Blouin, directrice de la commercialisation et des communications chez Destination Sherbrooke.

Visites en rafale

D'où l'idée d'organiser samedi trois circuits gratuits pour permettre aux Sherbrookois de découvrir leur propre ville. Après une brève épreuve «cherche et trouve» devant la murale de la rue Frontenac et juste avant d'entrer au Musée des beaux-arts, les participants au circuit «famille» faisaient escale au Café créatif au croquis.

«C'est une visite-surprise qui permet de découvrir plein de trucs! Ici, c'est un endroit que je ne connaissais pas, et ça pourrait être sympa pour passer un après-midi d'hiver» lance Nadine, qui demeure à Sherbrooke depuis quatre ans et qui participait à la visite avec sa fille Loïcia.

«La rue Wellington, ce n'est pas un endroit où je viens forcément, mais je me dis que ça pourrait être intéressant de revenir pour un après-midi détente-bricolage», ajoute-t-elle.Chacun des trois circuits proposés - famille, couple ou entre amis - était d'une durée de deux heures.

Dans la version «couple», les tourtereaux ont pu mettre les pieds à la Galerie d'art Foreman de l'Université Bishop's, au centre patrimonial et culturel Uplands, au Musée de la nature et des sciences ainsi qu'au vignoble La Halte des Pèlerins.

Les groupes d'amis ont pour leur part commencé leur circuit au Siboire, avant d'aller à la Société d'histoire, puis à la boutique Vilaine, à La Combine et au Kapzak.

Il s'agissait donc de mini-visites en rafale, question de découvrir et de glaner un peu d'inspiration pour de futures sorties, mais surtout pour d'éventuels conseils.

L'idée est vraiment de faire des Sherbrookois des ambassadeurs de leur ville. «C'est important, l'accueil. On le voit quand on est nous-mêmes touristes... au-delà de certaines attractions populaires, souvent, c'est le feeling qui fait qu'on aime un endroit. Quand on est sur le bord d'une rue, qu'on regarde une carte et que des gens qui passent s'arrêtent pour nous aider à trouver notre chemin, c'est ça qu'on retient. On veut amener les gens à développer la fierté de ce qu'on a», affirme Mme Blouin.

L'activité s'est avérée très populaire - tous les circuits affichaient complet. Cinq autobus ont été remplis pendant la journée, ce qui équivaut à approximativement 150 participants. «Dès la première journée des inscriptions, l'activité pour les couples a complètement débordé, il y avait une liste d'attente! On voit l'intérêt. Ça va nous porter à pousser plus loin notre concept», se réjouit Mme Blouin.

L'activité devrait connaître une deuxième édition l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer