Nouvelle flotte d'instruments nécessaire à Mitchell-Montcalm

Le musicien professionnel Jean-François Gagnon ainsi que le... (IMACOM, Jessica Garneau)

Agrandir

Le musicien professionnel Jean-François Gagnon ainsi que le président d'honneur des festivités du 30e anniversaire du Mouvement musical Mitchell-Montcalm, Wilfrid Morin, font partie de l'équipe d'ambassadeurs.

IMACOM, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Sur une trompette vieillissante, les soudures ont tendance à lâcher de temps en temps. Ça se répare, mais ça vient évidemment avec une facture. «Si j'investis 200$ chaque année pendant trois ans pour réparer une trompette, ça me coûte 600$, alors que l'instrument neuf me coûterait 700$», donne en exemple Jean-François Beaulieu, enseignant en musique à l'école secondaire Mitchell-Montcalm.

L'établissement, qui offre la vocation musique à ses élèves, possède beaucoup d'instruments qui ont plus de 10 ans. Ceux-ci brisent plus fréquemment que les plus récents, et occasionnent des dépenses de plusieurs milliers de dollars en réparations chaque année. Les tampons sous les clés des clarinettes s'usent, le système électronique des pianos connaît des ratés, des violons rendent l'âme... le temps qui passe fait son oeuvre.

Or, avec 300 000$, l'école pourrait renouveler l'ensemble de ses instruments vieux d'une décennie ou plus; c'est exactement l'objectif de la campagne de financement du Mouvement musical Mitchell-Montcalm (MMMM), qui s'est lancé cet ambitieux défi hier en même temps qu'il a souligné ses 30 ans d'existence et dévoilé son nouveau logo.

Des porte-étendards

Heureusement, l'organisme pourra compter sur une équipe de 16 ambassadeurs ainsi que sur le président d'honneur de la campagne, Wilfrid Morin, comme porte-étendards.

M. Morin, ingénieur et ex-pdg de Teknika-HBA, a un fils qui est passé par la vocation musique à Mitchell-Montcalm. «Il va demeurer un musicien toute sa vie même s'il a mal tourné comme son père et qu'il est devenu ingénieur!» a dit le président d'honneur en riant. «Ma femme et moi avons vu toutes les belles valeurs et les bienfaits permanents qu'a procurés cette formation musicale chez notre fils, comme le développement des capacités à travailler en équipe, la persévérance et le respect», a-t-il affirmé.

«Alors que le gouvernement et les commissions scolaires font des coupures, c'est important que nous, les Sherbrookois, nous mobilisions. Ça peut paraître beaucoup 300 000 $, mais quand on remarque le nombre d'adultes qui sont passés ici et qui se démarquent, si on s'adresse à eux, je suis persuadé qu'ils vont nous permettre d'atteindre notre objectif», a-t-il soutenu.

L'ancien élève de la concentration musique Jean-François Gagnon, qui gagne maintenant sa vie en tant que trompettiste - notamment à l'émission Belle et Bum - se rappelle bien de son passage dans les deux bâtisses du boulevard de Portland, surtout dans le local de musique situé au sous-sol de l'école Montcalm. «Comme dans toutes les écoles, il y avait des gangs, mais dans ce local, les barrières tombaient. Quand on joue de la musique, on se doit de travailler ensemble, d'écouter les autres pour être capables de jouer», lance-t-il.

Un moment l'a tout particulièrement marqué à son entrée en première secondaire. «Je me rappelle quand on a ouvert nos boîtes à Mitchell et qu'on a découvert nos instruments. Je peux vous garantir qu'il y a eu un sourire sur le visage de tout le monde!»

C'est donc pour que ces sourires continuent à jaillir que le MMMM invite la population à contribuer à sa campagne, qui s'étendra sur les cinq années à venir. On peut participer en écrivant à l'adresse MouvementMusicalMM@gmail.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer