Des autobus de la STS seront munis de caméras de surveillance

Des autobus de la STS qui arpentent les... (Imacom, Claude Poulin)

Agrandir

Des autobus de la STS qui arpentent les trajets des lignes 8 et 14, ayant l'Université de Sherbrooke comme point d'origine, seront munis de caméras de surveillance d'ici quelques semaines.

Imacom, Claude Poulin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Société de transport a discuté avec le Service de police de Sherbrooke (SPS), mardi, pour tenter de trouver des solutions aux problèmes de grabuge et de chahut dans ses autobus. Des véhicules munis de caméras de surveillance devraient par ailleurs arpenter les trajets de lignes 8 et 14, ayant l'Université de Sherbrooke comme origine, d'ici quelques semaines.

Rappelons que le syndicat des chauffeurs a dénoncé, lundi au conseil municipal, l'attitude des étudiants ivres qui ont des comportements répréhensibles dans les transports de soirée.

« Nous avons eu une discussion ce matin (mardi) avec Robert Pednault, directeur du SPS, et Gaétan Drouin, directeur général adjoint à l'optimisation et à la sécurité publique. Nous avons mandaté le SPS pour qu'il resserre la surveillance. Une rencontre a aussi été sollicitée avec les instances de l'Université de Sherbrooke », explique le président de la STS Bruno Vachon.

M. Vachon a réitéré que la sécurité et le bien-être des chauffeurs demeurent des priorités. « Nous les appuierons et nous verrons jusqu'où nous pouvons aller. Rien n'est exclu pour le moment. Nous prendrons les mesures pour que cessent les comportements déplacés qui mettent la sécurité des chauffeurs et des autres usagers en danger. »

Les chauffeurs pourraient-ils confisquer les laissez-passer de ceux qui sèment la zizanie? « Nous ne pouvons pas leur demander de faire de la gestion de laissez-passer. Ce serait leur rajouter un poids et les placer dans une position vulnérable alors qu'ils sont déjà intimidés par des passagers. Ce n'est certainement pas un dossier que nous pourrons régler seuls. »

La direction de la STS ne demande pas non plus à ses chauffeurs d'expulser les passagers ivres. On leur demande plutôt d'appeler un superviseur qui, lui, fera intervenir la sécurité publique. « Une seule plainte a été déposée au SPS jusqu'à maintenant. Nous incitons maintenant nos chauffeurs à porter plainte. La consigne est de déclarer tous les incidents. Les superviseurs se déplacent sur les lignes, mais eux aussi sont intimidés quand ils interviennent. »

L'an dernier, les chauffeurs avaient obtenu la permission de ne pas s'immobiliser à un arrêt si les passagers potentiels semblaient éméchés. Cette mesure avait largement été décriée. « Nous ne voulons pas discriminer les gens qui se comportent bien », commente Bruno Vachon.

Il avait déjà été annoncé que les nouveaux autobus hybrides que doit recevoir la STS seront munis de caméras de surveillance. « Nous devrions les recevoir d'ici quelques semaines. Les caméras sont destinées à voir ce qui se passe en temps réel et à accumuler de la preuve s'il y avait des actions à prendre. »

Bruno Vachon croit néanmoins qu'il est possible de trouver une solution. « Je crois à la bonne volonté de tout le monde. La preuve, c'est que nous avons déjà réglé un problème semblable dans le secteur de l'Université Bishop's. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer