Marché public: quelle est la recette du succès?

Le marché public a-t-il encore sa place à Sherbrooke? Le Marché de la gare... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le marché public a-t-il encore sa place à Sherbrooke? Le Marché de la gare est-il le meilleur endroit pour accueillir les producteurs? Pendant que Destination Sherbrooke et la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke mènent une enquête auprès des Sherbrookois, La Tribune a cherché à connaître la recette du succès des autres marchés régionaux.

À Racine, le Marché Locavore compte 21 producteurs, en plus de la dizaine en consigne, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas présents physiquement sur le site. Il en coûte une soixantaine de dollars pour un producteur qui souhaite s'y installer le samedi, de 9 h à 13 h. Le prix de location inclut le kiosque, l'électricité et le plan marketing.

«Ce sont les producteurs qui ont demandé à ce que l'horaire soit limité au samedi matin. Chaque semaine, nous recevons environ 500 personnes et elles achètent beaucoup. L'an dernier, elles dépensaient en moyenne 58 $ par visite», explique Gaston Michaud, président du C.A. de la Coopérative de solidarité agroalimentaire de Racine.

Ce qui attire les visiteurs à Racine? «La convivialité et l'atmosphère», fait valoir M. Michaud, citant un sondage distribué auprès des visiteurs. «Le marché, c'est un peu le nouveau perron de l'église. C'est devenu une place publique. Les gens s'y rassemblent pour discuter. Nous organisons toujours des activités, comme le Festival de l'ail ou la dégustation gratuite de maïs chaud. Le fait d'avoir de la nourriture à consommer sur place est un atout.»

Même la disposition de l'endroit, en forme de spirale, répond aux besoins des visiteurs. «Ça se passe au centre et ça rayonne partout autour!»

La coordonnatrice du Marché champêtre de Melbourne, Lise Larochelle, avance à peu près les mêmes ingrédients pour expliquer le redressement du marché, effectif depuis deux ans. Le chiffre d'affaires a notamment bondi de 20 % l'an dernier. Avec ses quelque 25 producteurs chaque semaine, il vise précisément... la convivialité. «De temps en temps, il y a de la musique. Les gens aiment aussi déguster. Si tu ne montres pas ton produit, les gens n'achèteront pas. Et le midi, nous avons un dîner avec un agriculteur ou un chef.»

La semaine dernière, le chef qui cuisinait le saumon expliquait également comment fumer le poisson. Les visiteurs de Melbourne proviennent principalement de Montréal... et Sherbrooke. Le marché est ouvert le samedi de 9 h à 15 h. Chaque producteur doit débourser entre 30 et 50 $ pour son emplacement.

À Sherbrooke, on peut accueillir jusqu'à 15 producteurs à la fois. Les frais pour une table sont fixés à 20 $ plus taxes pour chaque jour. Les producteurs en question sont sélectionnés en collaboration par Destination Sherbrooke et la Corporation du Marché de la gare.

Cet été, la période d'ouverture est passée d'une à trois journées pour stabiliser l'horaire. «Certains producteurs venaient le vendredi, d'autres le dimanche. Nous avons donc décidé d'officialiser l'horaire de trois jours. Nous tentons de nous assurer que le marché soit toujours le plus plein possible», explique le coordonnateur aux communications de Destination Sherbrooke Jean-François Duval.

Le Marché de la gare est également animé de prestations le dimanche après-midi.

Marché de solidarité

Quant à la popularité des produits régionaux, Maude St-Jean, adjointe à la coordination au Marché de solidarité régionale des AmiEs de la Terre, rapporte une importante augmentation de son nombre d'adhérents. «La vente de nos paniers est constante et les marchés ne sont pas nécessairement notre compétition. Ceux qui viennent chez nous ne sont pas les mêmes qui vont au Marché de la gare par exemple.»

Il reste que le Marché de solidarité permet à des producteurs de la relève de tenir des kiosques à l'extérieur, le samedi matin.

Étant un organisme à but non lucratif, le Marché vise la valorisation de l'agriculture locale et s'enthousiasme du succès de tous ceux qui cherchent à atteindre le même objectif.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer