Faire de Sherbrooke «un véritable gérontopôle»

Faire de Sherbrooke « un véritable gérontopôle » en mettant à profit le... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Faire de Sherbrooke « un véritable gérontopôle » en mettant à profit le leadership développé ici en matière de recherche sur le vieillissement et l'autonomie.

Autrement dit, se servir de cette science pour développer des entreprises et créer des emplois, pour à la fois faire rouler l'économie et améliorer encore plus la qualité de vie des personnes aînées.

C'est en gros l'idée de faire avec le dernier né de la famille du créneau ACCORD (action concertée de coopération régionale de développement), celui sur le vieillissement et l'autonomie, qui a fait l'objet lundi d'une annonce de démarrage et de développement des actions de 300 000 $ sur trois ans, de la part du ministre Réjean Hébert. Il intervenait au nom de sa collègue Élaine Zakaïb, ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec.

« L'expertise est ici et est reconnue tant à la grandeur du Québec que sur la scène internationale. Au fil des ans, nos établissements de recherche ont permis de développer un réel savoir en ce qui concerne la gérontolie. Le temps est maintenant venu de se doter des outils nécessaires pour que ce savoir se transforme en savoir-faire et crée des emplois de qualité, grâce à des partenariats et du réseautage. Avec l'économie verte, en matière d'environnement, l'économie grise, pour le développement de produits et services liés au vieillissement et l'autonomie, sera le secteur de pointe des prochaines décennies », a résumé le député-ministre, lui-même un ancien acteur au sein du Centre de recherche sur le vieillissement.

C'est justement dans les locaux des installations de recherche, au Pavillon D'Youville du CSSS-IUGS, que logera la permanence du créneau ACCORD vieillissement et autonomie, fraîchement baptisé SAGE-Innovation et qui sera unique au Québec. Cet acronyme pour santé, autonomie, gérontotechnologies et Estrie décrit parfaitement selon le Dr Hébert l'essence de cette vision de développement économique recherché.

«L'expertise est ici et est reconnue tant à la grandeur du Québec que sur la scène internationale.»


Cloches d'appels silencieuses

Le budget de 300 000 $ sert notamment pour l'embauche de la nouvelle directrice et coordonnatrice, Chantal Michel et la mise en place de l'organisation. Mme Michel, doctorante du domaine de la physiologie/biologie, également diplômée en transfert technologique, a collaboré antérieurement avec des entreprises et des établissements spécialisés en transfert technologique et en en valorisation de la technologie.

Parmi les exemples de projets qui pourraient être développés par cette filière, Réjean Hébert a fait référence au système de cloches d'appels silencieuses installées au pavillon Saint-Vincent et développé par la compagnie IBM. Cela a d'ailleurs valu un prix lors du Gala Reconnaissance Estrie au CSSS-IUGS.

Directeur général de cet établissement et coprésident du créneau SAGE-Innovation, Carol Fillion était bien sûr réjoui de cette annonce, signalant que « cela va nous permettre de jouer encore plus notre rôle » et il a parlé de « valeur rajoutée » aux travaux de recherche. 

Pour la présidente du comité estrien ACCCORD dont 2014 marque le 10e anniversaire de fondation, Lise Compagna, il est réjouissant de voir la région aussi active en ce domaine et l'arrivée du créneau SAGE-Innovation permet d'entrevoir un important essor socio-économique avec l'arrivée de projets structurants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer