Les dommages collatéraux du 11 septembre 2001

Le pacifiste fondateur du Centre culturel juif de...

Agrandir

Le pacifiste fondateur du Centre culturel juif de l'Estrie, Isaac Romano, le vice-président de l'Association culturelle islamique de l'Estrie Radhouane Masmoudi et le président de l'Association culturelle islamique de l'Estrie Moustapha Saboun.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sonia Bolduc
La Tribune

(Sherbrooke) Moustapha Saboun et Radhouane Masmoudi ont encore bien frais en mémoire les longs lendemains du 11 septembre 2001. L'image ternie des musulmans «tous mis dans le même sac, tout particulièrement avec les actions de l'administration américaine de l'époque qui a multiplié les accusations gratuites pour se lancer dans des actes de guerre».

Cette image ternie de l'Islam, le président de l'Association culturelle islamique de l'Estrie, Moustapha Saboun, et son vice-président, Radhouane Masmoudi, savent bien qu'elle demeure fragile et qu'un rien pourrait provoquer un nouveau dérapage. Un rien comme cette provocation du pasteur américain Terry Jones qui brandit toujours sa menace d'incendier le Coran et le monde du même bout d'allumette.

«Il y a déjà des dommages collatéraux, regrette Moustapha Saboun. Certains opportunistes vont profiter de cette occasion. Les musulmans ne forment pas un groupe homogène, il y a une minorité d'extrémistes de toutes allégeances que ces événements vont nourrir. Mais comme la majorité de nos frères musulmans dans le monde, nous dénonçons toutes réactions autres que pacifiques et nous saluons les leaders qui ont pris position pour la paix.»

«En tant que Sherbrookois, on ne craint pas une recrudescence de la peur et du soupçon de la part de nos concitoyens, car les Canadiens sont des gens ouverts aux autres capables de faire la part des choses. Ils partagent notre vision de la paix, une vision qui est universelle et chérie par toutes les religions», soulignent Moustapha Saboun et Radhouane Masmoudi.

Aussi ont-ils accepté avec empressement l'invitation il y a deux semaines à une rencontre amicale lancée par Isaac Romano, le fondateur du tout nouveau Centre culturel juif de l'Estrie, afin d'amorcer un rapprochement juif-arabe et célébrer ensemble la fin du Ramadan et le Roch Hachana, le début de l'année juive.

«C'est un homme de paix dont le message nous rejoint, explique Radhouane Masmoudi. Qu'on soit musulmans, juifs ou chrétiens, on ne doit oeuvrer que pour la paix, rien que pour la paix. Ce qu'on fait ensemble, c'est un appel à la fraternité. Ces extrémistes qui vivent dans l'errance doivent demeurer des cas isolés, et c'est à nous, aux gens de la paix, de prendre notre place.»

Si le pacifiste juif Isaac Romano souhaite instaurer une marche annuelle pour la paix dans les rues de Sherbrooke au cours de la prochaine année, à court terme, musulmans et juifs comptent profiter de chaque occasion pour se rapprocher de leur communauté d'accueil et prêcher par l'exemple. Demain encore, à compter de 13 h, l'Association culturelle islamique de l'Estrie invite d'ailleurs les Estriens à prendre part au barbecue qui se tiendra à la base de plein air André-Nadeau, à compter de 13 h, afin de marquer la fin du Ramadan.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer