L'église deviendra une bibliothèque à Magog

Le maire Marc Poulin pourra utiliser les clefs... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Le maire Marc Poulin pourra utiliser les clefs de l'église Sainte-Marguerite-Marie qui pourra être transformée en bibliothèque selon le projet proposé par la municipalité. Les Magogois qui ont participé à l'exercice de dimanche ont opté à 55,6 % pour le projet défendu par leur maire.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Les Magogois ont enfin tranché: la nouvelle bibliothèque sera aménagée à l'intérieur de l'ancienne église Sainte-Marguerite-Marie, fermée depuis bientôt une année.

Près de 40 pour cent des 20 000 personnes ayant droit de vote ont participé, dimanche, au référendum de la Ville de Magog sur le projet d'emprunt de 2,8 millions $ pour transformer l'église en bibliothèque. La proposition de la municipalité a recueilli l'adhésion de 55,6 pour cent des électeurs. À l'intérieur de l'ancien territoire de Magog, le projet de bibliothèque a obtenu l'appui d'une forte majorité, tandis que dans les secteurs Canton et Omerville on remarque un vote de contestation relativement important.

«C'est une belle victoire pour Sainte-Marguerite-Marie, pour ceux qui veulent une vraie bibliothèque et ceux qui ont le goût que le secteur des Tisserands revive. On a mis deux ans pour arriver à ce résultat. Paul-René Gilbert a été le chef d'orchestre», a lancé hier le maire de Magog, Marc Poulin, devant quelques dizaines de partisans du projet à l'hôtel de ville.

Tout en assurant que le compte de taxes des Magogois n'augmenterait pas malgré la décision prise, M. Poulin a déploré une nouvelle fois la guerre de chiffres livrée par certains. «Des chiffres ont été faussés et on va le démontrer», a-t-il promis.

Cela dit, le maire semble désirer qu'on efface l'ardoise et qu'on reparte à neuf au sein du conseil municipal. «Demain est un autre jour. J'espère qu'on ira de l'avant.»

L'un des conseillers qui a défendu avec le plus de fermeté ce projet, Alain Vanden Eynden, s'est déclaré ému dimanche soir. «On a travaillé très fort pour le réaliser! Moi, je trouve que c'est suffisant 55 pour cent compte tenu du contexte. On a dévoilé notre budget avec une hausse de taxes cette semaine et, en plus, il y a la crise économique», a-t-il noté.

Ancien maire de Magog et ex-président de la paroisse Sainte-Marguerite-Marie, Paul-René Gilbert a quant à lui remercié les élus municipaux pour l'accueil réservé au projet qu'il leur avait soumis.

«L'ancien projet s'en allait dans un cul-de-sac. Je considère qu'on vient de voter pour notre avenir et celui de nos enfants. Pour attirer des investisseurs, il faut des équipements. Je suis heureux de savoir qu'ils auront un tel équipement dans l'est de la ville», a indiqué M. Gilbert.

Le dossier est cependant loin d'être clos. En effet, il faut maintenant que le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine fasse connaître le montant exact de la subvention qu'il accordera. Un appel d'offres sera par ailleurs lancé sous peu. Il permettra de savoir combien la municipalité devra débourser exactement pour concrétiser son projet.

D'autres textes à lire dans La Tribune de lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer