S'investir avec tout son choeur

Isabelle Vallée est fondamentalement convaincue que la musique peut changer les... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Isabelle Vallée est fondamentalement convaincue que la musique peut changer les destins. Au moment où elle mettait sur pieds le Choeur Campus de l'Université de Sherbrooke en janvier 2015, jamais elle n'aurait pensé qu'une centaine de choristes de tous les horizons unirait aujourd'hui leur voix.

Isabelle Vallée travaillait en communication dans le milieu financier à Montréal lorsqu'elle en a eu marre de la grande ville. Elle est ainsi déménagée à Sherbrooke en mai 2011 après avoir obtenu un contrat de trois mois pour la collation des grades à l'UdeS, établissement où elle est demeurée depuis en tant que conseillère aux communications. En janvier 2015, elle rejoignait la Faculté des lettres et sciences humaines, rencontrait son conjoint et créait le Choeur Campus... tout arrivait à point!

La musique et le chant ont toujours occupé une place importante dans sa vie, c'est pourquoi elle désirait partager sa passion dans sa communauté.

« J'ai toujours eu une fibre très artistique. Je ne sais même pas pourquoi je n'ai pas étudié en musique! J'ai fait du piano, de la guitare, du djembé, de la danse... un peu de tout sur une base amateur. Puis j'ai voulu suivre des cours de chant et on disait que s'inscrire dans une chorale était une bonne façon de voir si on aimait ça », explique celle qui chante depuis environ 19 ans.

« J'avais envie de faire découvrir le chant choral à des gens qui n'avaient peut-être jamais osé chanter. Je sais que c'est une activité aussi bénéfique l'est qu'une activité physique. J'avais envie d'avoir un endroit où on peut se rassembler et aller chanter. »

Au départ, Isabelle Vallée craignait de ne pas atteindre le minimum de 30 choristes nécessaires pour la viabilité du choeur. Mais c'est 70 personnes qui étaient présentes lors de la première pratique et aujourd'hui, ce sont une centaine qui se réunissent les mercredis midis. Et c'est environ 1000 spectateurs qui assistent au concert de fin d'année en mai.

« Ce qui est bien, c'est qu'on vient de plein d'univers différents : il y a des étudiants, des diplômés, des retraités, des employés, des professeurs, des cadres... L'Université c'est tellement grand, il n'y a pas un endroit sur le campus où on peut retrouver autant de diversité. Il se crée des liens, des amitiés chez des gens qui ne se seraient jamais rencontrés autrement » confie-t-elle.

Démystifier le chant choral

Isabelle Vallée se donne aussi pour mission de faire tomber les préjugés entourant le chant choral.

« Les gens pensent beaucoup que c'est un choeur classique, d'église avec des petits cartables noirs. Mais il y a plein de répertoires, on peut chanter n'importe quoi », souligne la directrice artistique du choeur. Elle pense même faire harmoniser le thème de la populaire série Game of Thrones!

Mais surtout, la fondatrice du Choeur Campus est convaincue que la musique fait du bien au coeur, à l'esprit et à l'âme.

« Le chant choral ce n'est pas juste une activité ou on chante pour se faire du bien. C'est un lieu de rassemblement. Mes plus grandes amitiés, les plus durables, les plus sincères, ce sont tous des gens que j'ai connus à travers des chorales. Dans les épreuves que j'ai eu à traverser, le chant m'a aidé à libérer des émotions, mais ces gens-là qui étaient autour de moi ont été tout aussi importants, c'est une grande famille », indique-t-elle avec des frissons lui parcourant les avant-bras.

Maintenant, qu'espère-t-elle pour le futur du Choeur Campus?

« Je veux aller de plus en plus dans le perfectionnement. Oui, on est un choeur amateur et on chante pour le plaisir, mais c'est quand même le nom de l'université qui est rattaché. Comme elle, on a un devoir d'excellence. La relation dans le choeur fait en sorte qu'il a un son vraiment particulier. Les gens n'arrivent pas à comprendre qu'en si peu de temps de pratique, on arrive à faire un son si intéressant. Le fait qu'on vienne tous de la même entité ça crée vraiment un sentiment d'appartenance et un son particulier », croit-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer