L'engagement comme mode de vie

Si vous cherchez Corrine Reid, vous avez certainement plus de chances de la... (Spectre média, Jessica Garneau)

Agrandir

Spectre média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Si vous cherchez Corrine Reid, vous avez certainement plus de chances de la trouver à son bureau, à un 5 à 7 ou à une réunion pour l'organisation d'un spectacle-bénéfice que chez elle. Celle qui ne se rappelle pas la dernière fois où elle a fait une épicerie s'étonne même que son chat la reconnaisse encore!

Corrine Reid a une fiche de route bien impressionnante pour une jeune femme de 30 ans. Originaire d'East Angus, elle est notaire associée chez Lachance Boutin & Reid depuis 2012. Elle travaille toutefois pour l'entreprise depuis son ouverture en 2007, alors qu'elle y a occupé un emploi tout au long de ses études en droit notarial.

Si son métier lui demande beaucoup de temps, Corrine n'hésite pas à étirer les heures pour les nombreux organismes qui lui tiennent à coeur : le GRIS, BNI-Sherbrooke, l'Association professionnelle des notaires du Québec et La Ruche Estrie... sont ses engagements du moment. L'implication fait partie de son ADN depuis aussi loin qu'elle se souvienne.

« Je le faisais plus pour le trip de gang, de faire partie de quelque chose et de faire une différence. Est-ce qu'au secondaire et au collégial je réalisais ce que cette implication allait me donner? Aucunement », mentionne celle qui a notamment participé à l'organisation de plusieurs pièces de théâtre et reçu la Médaille du Gouverneur général étant plus jeune.

C'est sans surprise qu'elle est extrêmement sollicitée par les organismes, sa crédibilité étant établie dans le milieu. La jeune femme a ainsi dû apprendre à dire non, dans l'objectif d'atteindre un équilibre de vie sain.

« J'ai pris conscience dans les dernières années que oui, le travail c'est important, j'adore ce que je fais et mes implications. Par contre, ce n'est pas ça qui va me rester au bout du compte. Ça va être ma famille. Et c'est quand on prend conscience de ça qu'on tombe en recherche d'équilibre », explique-t-elle en soulignant toutefois adorer son mode vie actuel.

« Non, je n'ai pas des journées entières à relaxer avec mes amis, mais quand on va s'asseoir autour d'une bonne table, décanter et refaire le monde, ça c'est décrocher pour moi. Il y a beaucoup de gens qui ont de la misère à être dans le moment présent, moi je n'ai pas le choix. Je ne peux pas voir ma semaine ou mon mois à l'avance. »

Attachée au gris-estrie

C'est surtout grâce à son meilleur ami, déjà impliqué avec le GRIS-Estrie, que Corrine Reid a rejoint les rangs de l'organisme.

Élue au conseil d'administration en juin 2016, elle a reçu le mandat de l'événement-bénéfice annuel Démystik. Cela faisait un petit moment que l'organisme désirait organiser le spectacle, mais il fallait la bonne personne pour prendre les rênes. Corrine Reid.

« Chaque personne avait son rôle et je me chargeais de la coordination pour qu'on puisse livrer l'événement à temps. Mon talent c'est vraiment d'aller chercher les commanditaires, dîner avec eux, les convaincre », souligne la jeune femme.

L'événement qui mettait en vedette Mado Lamothe le 4 mars dernier a été un franc succès : 450 personnes et près de 55 000 $ amassés.

Corrine a finalement découvert plus que ce à quoi elle s'attendait avec le GRIS-Estrie.

« J'ai découvert un monde, oui communautaire, mais tellement différent. La gang du GRIS c'est tellement tissée serré. Honnêtement, c'est l'implication où j'ai eu le plus de reconnaissance. On ne le fait pas pour ça. Par contre de s'impliquer à ce point - là, surtout avec Démystik qui a demandé des centaines d'heures de bénévolat, j'ai eu tellement de mercis », souligne-t-elle à propos de ceux qu'elles considèrent maintenant comme des amis.

« Je ne serais pas capable d'être juste notaire et de faire mon 8 à 5. Oui j'ai des horaires de fou. Non je ne vois pas assez ma famille et mes amis. Par contre, je suis en pleine croissance de carrière. Et ces implications, bien qu'elles me prennent du temps, me permettent de me combler ailleurs. J'ai l'impression de faire autre chose pour la communauté », peut-elle affirmer avec le recul.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer