Né sous une bonne étoile

Le chanteur Michel Louvain fêtera en grand cette année : non seulement... (Archives, La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives, La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le chanteur Michel Louvain fêtera en grand cette année : non seulement soufflera-t-il ses 80 bougies le 12 juillet, mais 2017 marque aussi ses 60 ans de carrière et le 40e anniversaire de sa si célèbre chanson La dame en bleu.

« Je suis un homme comblé : j'ai eu une belle carrière et ça se poursuit malgré les années qui passent », soutient le chanteur de charme.

« Je dois admettre que j'ai eu beaucoup de chance. Ma mère m'a déjà dit que j'étais né sous une bonne étoile, et c'est vrai », ajoute-t-il, visiblement reconnaissant de ces 60 années qui ont pourtant filé si vite.

Le petit gars de Thetford Mines avait à peine 18 ans en 1955 quand il a dû quitter ses études pour trouver un boulot pour aider son père. Puis il s'est mis à chanter les fins de semaine à East Angus et à Saint-Georges de Beauce - pour 5 ou 10 $ la soirée. Quelques mois plus tard, il faisait un malheur à l'Hôtel Union de Sherbrooke.

Peu après, il s'en allait à Montréal où il ne faisait que de belles rencontres qui ont mené rapidement à son premier disque incluant son succès Buenas noches mi amor. Il n'avait que 20 ans.

« Ma carrière est partie en flèche! » se rappelle-t-il.

Alors que l'Amérique était balayée par la vague du rock'n'roll et qu'Elvis Presley faisait tourner tant les têtes que les coeurs, le chanteur de charme a défié la mode au Québec avec ses chansons d'amour. En fait, pendant des années, Michel Louvain a fait une telle fureur que bien des fans se sont évanouies lors de son passage sur scène. Il y a déjà eu des émeutes qui ont mis fin abruptement à des séances d'autographes.

Michel Louvain le reconnaît : sa carrière lui a fait vivre « une vie de fou ». Mais « j'aime ma vie. Je suis un homme inondé d'amour », clame-t-il.

À l'aube de ses 80 ans, le chanteur de charme fait depuis quelques années des activités dont il s'est privé si longtemps : aller à l'épicerie, faire du lèche-vitrine ou aller dîner au restaurant, par exemple.

« Je ne suis pas sauvage, j'embarque quand les gens viennent me voir, ce sont des beaux gestes qu'ils posent! Prenez un exemple. À la fête des Mères, je suis allé souper au restaurant à Sherbrooke avec des amis. Croyez-le ou non, je me suis levé 14 fois pendant le repas pour faire des photos avec des fans! Ça fait plaisir aux gens, ça me fait plaisir aussi. La force de ma carrière a toujours été que je parlais aux gens. Le public nous met sur un piédestal, mais il peut nous en descendre bien vite aussi », illustre Michel Louvain, Poulin de son vrai nom.

L'interprète de La dame en bleu est riche de milliers de souvenirs de ses 60 ans de carrière, mais il retient tout particulièrement les moments où il a reçu différents prix et hommages, tous accrochés « dans sa salle de musique » chez lui. « Ce sont des moments importants dans une vie, dans une carrière », souligne-t-il en disant qu'il est reconnaissant de se voir attribuer ce Mérite estrien de La Tribune, lui qui est si fier de ses origines à Thetford Mines.

« Le seul regret de ma vie aura été de ne pas avoir pris assez de temps pour retourner souvent chez moi, à Thetford Mines, quand mes parents étaient vivants. Heureusement, j'ai encore mes soeurs, je leur parle toutes les semaines », dit-il.

Pense-t-il à une fin de carrière? Risque-t-il un jour de faire un dernier tour sur la scène avant de se retirer pour sa retraite? Ce n'est pas dans les plans. « Tant que j'aurai la santé et que je me souviendrai des paroles de mes chansons, je vais continuer. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer