L'espoir, l'action, la fierté

Karole Forand et Sondès Allal ont plus d'un... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Karole Forand et Sondès Allal ont plus d'un projet en tête afin de développer l'économie communautaire et sociale de Sherbrooke.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) D'abord, faire naître l'espoir. Ensuite? Eh bien ensuite, tout est possible, il ne reste qu'à passer à l'action.

Parler du Frigo FreeGo, expliquer ce qu'est la CDEC, de la Corporation de développement économique communautaire de son long nom officiel, c'est d'abord parler d'espoir. Et d'action.

Idem quand on prétend brosser un portrait même rapide de Karole Forand et Sondès Allal, respectivement directrice générale et agente de développement de la CDEC, duo derrière ce frigo FreeGo lancé il y a un an, qui a fait tout plein de petits depuis et qui se multipliera encore et encore.

Karole Forand et Sondès Allal. La connivence d'intentions de deux femmes plutôt différentes qui se complètent dangereusement bien au boulot.

La première, Karole, longue feuille de route dans le milieu des affaires et de la finance, plus rationnelle, pose toujours un regard en macro sur la communauté et les projets, se fait un devoir de recadrer les projets afin de leur insuffler la prérogative économique essentielle à la mission de la CDEC. Elle a aussi le flair et l'audace d'embaucher des profils atypiques, mais inspirés.

La seconde, Sondès, a ce profil atypique, inspiré. Longue route avant de s'enraciner à Sherbrooke, réseautée dans sa communauté d'adoption, à l'écoute de ses besoins, elle cherche à lui redonner des moyens, s'emploie même à en inventer de nouveaux lorsqu'il le faut.

C'est comme ça qu'est né le Frigo FreeGo, outil de lutte au gaspillage alimentaire en apparence banal qui a permis en moins d'un an de tisser en plein centre-ville des liens solides entre citoyens, organismes, commerçants et gens d'affaires, de faire converger tout ce beau monde vers de simples frigos où on se voit enfin, où on se rencontre, et où les surplus des uns deviennent l'essentiel des autres.

« Les gens du centre-ville étaient conscients de cette réalité, tout se passait sur une même rue », précise Sondès Allal sur ses premières approches auprès des commerçants et restaurateurs du centro.

« Ça n'a pas été un travail très ardu de leur vendre le projet, ils étaient prêts, mais personne n'avait le temps et l'énergie pour s'en occuper, poursuit-elle. Ils m'ont fait confiance. »

Une confiance réciproque. « La richesse de Sherbrooke est dans ses gens, dans leurs capacités à donner à la communauté, croit fermement Sondès Allal. Il faut arrêter d'attendre que ça vienne de l'extérieur. Le FreeGo, c'est un outil de lutte au gaspillage alimentaire, oui, mais c'est surtout une façon de montrer qu'on peut passer à l'action en se mobilisant. Le FreeGo montre qu'on est une communauté autonome, solidaire. Il y a une prise de conscience de nos capacités. »

Prise de conscience que les gens de la CDEC comptent déployer dans d'autres champs d'action économique, au centre-ville comme aux quatre coins de la ville. Déjà, les projets se multiplient et les demandes d'accompagnement ont explosé auprès de la CDEC, dont la mission est d'ajouter au communautaire un volet relevant de l'économie de partage, communautaire et collaborative, une tendance claire partout dans le monde.

« Mais à Sherbrooke, dans une petite ville à échelle humaine, on est déjà là-dedans. Il y a plein de choses qui se passent, et c'est notre job de mettre le focus là-dessus. Notre seule limite, c'est notre imagination », note Karole Forand, avant d'ajouter, après un bref moment d'hésitation, « et nos ressources, aussi, étant donné la demande. »

Tout ça pour créer de la richesse. De la richesse?

« La richesse, c'est avoir facilement accès aux moyens donnant accès au pouvoir, au savoir et à l'agir, explique le duo. La richesse, c'est la capacité d'accéder à ça et d'assurer une certaine qualité de vie, la démocratie aussi. Quand on parle de créer de la richesse à la CDEC, il y a la richesse économique, bien sûr, mais aussi un enrichissement au niveau des moyens, des outils, des capacités. »

« Tout est dans tout, répète sans cesse Sondès Allal. L'espoir faire naître les projets, réunit les gens qui prennent ainsi conscience de leurs capacités pour créer de la richesse. C'est ainsi que plein de choses se passent en ce moment. »

Tant de choses dont les Sherbrookois devraient apprendre à être fiers, fait valoir Karole Forand. « On n'a pas suffisamment cette fierté d'être Sherbrookois, regrette-t-elle. Il se fait ici plein de choses magnifiques, avec des gens incroyables, mais on n'a pas nécessairement ce réflexe de la fierté. On pourrait se permettre ça je crois. »

D'abord l'espoir, puis l'action. Et pourquoi pas la fierté?

Karole Forand

Directrice générale de la Corporation de développement économique communautaire;

Originaire de Granby;

A été entrepreneure, directrice dans le secteur manufacturier et au Mouvement Desjardins;

Directrice générale de la CDEC depuis 2010;

Mère de quatre enfants, grand-mère de 12 petits-enfants.

Sondès Allal

Agente de développement à la Corporation de développement économique communautaire;

Originaire de Tunis;

Maîtrise en littérature et maîtrise en médiation interculturelle;

Ancienne agente de liaison au Programme d'apprentissage expérientiel par l'intervention communautaire;

Mariée, deux enfants.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer