L'importance d'être significatif

Yann Lamy... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Yann Lamy

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Yann Lamy est le premier à le souligner : s'il est devenu un enseignant apprécié des élèves de l'école secondaire du Triolet, c'est qu'il a eu la chance d'avoir des modèles qui ont su l'inspirer et lui tracer la voie à suivre.

Le fait d'avoir pu côtoyer à ses débuts comme enseignant des collègues tels que Mario Martel, André Grimard ainsi que le regretté Yvon Lamarche a été déterminant dans sa carrière. « Ils ont été mes mentors, souligne-t-il. J'ai beaucoup appris auprès d'eux. Ce que je suis devenu, je leur dois en bonne partie. »

À l'exemple de ses mentors, Yann Lamy est devenu un pilier du programme sports-études du Triolet. Un programme dont la renommée s'étend au-delà des frontières de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) et qui forment chaque année des centaines d'élèves.

Ceux qui le côtoient s'entendent pour dire que son professionnalisme et son éthique de travail sont deux qualités dominantes chez Yann Lamy. Il sait transmettre à ses élèves athlètes le goût de l'excellence, le respect, la confiance en soi, le dépassement, les efforts ainsi que le travail d'équipe.

Son implication est particulièrement appréciée en ce qui concerne le volet basketball-études dont il est l'instigateur.

En plus d'avoir mis sur pied ce programme, Yann Lamy s'y implique en dehors des heures de cours en étant aussi entraîneur des équipes du Triolet. Un engagement qui lui demande d'être présent auprès des étudiants-athlètes non seulement les soirs, mais aussi les fins de semaine, lors de matchs interécoles ainsi que pendant les tournois régionaux et provinciaux.

Sous sa gouverne, les Harfangs du Triolet ont d'ailleurs remporté le championnat provincial de basketball du RSEQ (Réseau du sport étudiant du Québec) à trois reprises. Ses succès lui ont aussi valu d'être honoré à titre d'entraîneur de l'année, tant au Triolet qu'au Mérite sportif de l'Estrie ainsi qu'au gala de la Fédération de basketball du Québec.

Mais au-delà de tous ces honneurs, c'est la possibilité de former des individus grâce aux valeurs que véhiculent le sport et l'activité sportive qui anime Yann Lamy.

« Il n'y a pas un matin où je ne suis pas heureux de venir ici, dit-il. J'arrive à 8 h le matin et je commence ma journée en sports-études. Je complète mes journées les soirs et ça se poursuit les fins de semaine », explique l'enseignant âgé de 45 ans.

« J'aime l'activité physique et j'aime enseigner des valeurs, ajoute-t-il. En étant à la fois éducateur physique et entraîneur, ça combine un peu les deux. Comme entraîneur, je peux aller un peu plus loin dans le cheminement des jeunes. À l'adolescence, un enseignant ou un entraîneur est souvent plus significatif dans la vie d'un jeune que ses propres parents. Ça nous permet de leur inculquer certaines valeurs, par exemple l'importance de développer de bonnes habitudes de vie. »

Yann Lamy en sait quelque chose, puisque en plus d'être enseignant et entraîneur, il est aussi père de jeunes garçons chez qui, lui et sa conjointe Sophie Morin, ont su inculquer les valeurs de discipline, de rigueur et de détermination que requiert la pratique d'une discipline sportive.

Âgé de 17 ans, l'aîné de ses deux fils, Vincent, est un joueur de soccer accompli, qui a fréquenté le Centre national de haute performance et qui fait aujourd'hui partie de l'Académie de l'Impact de Montréal.

Son cadet, Justin, âgé de 16 ans, est lui aussi un joueur de soccer élite, évoluant au niveau AAA, non seulement au soccer, mais aussi... au basketball. Preuve comme quoi, le fruit ne tombe jamais bien loin de l'arbre...

Malgré son horaire chargé, Yann Lamy tient à prôner par l'exemple. Après avoir couru quelques marathons plus jeune - et même des ultramarathons -, il s'adonne depuis trois ans à la course en sentiers avec un plaisir qu'il n'hésite pas à communiquer.

« La course en sentiers, c'est devenu

un exutoire pour moi. Courir dans la nature est extrêmement agréable. Et en plus, on a la chance d'avoir de magnifiques sentiers en Estrie, que ce soit ici à Sherbrooke ou encore du côté de Bromont... »

Bien que sa carrière d'enseignant soit loin d'être terminée, Yann Lamy réalise que celle-ci a été bien remplie et que son approche vis-à-vis les jeunes qu'il a formées a été appréciée.

« Ce qui me fait le plus plaisir, c'est de rencontrer d'anciens élèves qui sont aujourd'hui adultes et qui me disent que j'ai été significatif pour eux. Et comme j'ai commencé à enseigner à 19 ans, cela m'a permis de former beaucoup d'élèves. Certains sont même devenus des collègues de travail, soit comme éducateur physique ou comme enseignant. Lorsqu'ils me disent que leur cheminement a été motivé

en partie par ce que je leur ai enseigné, c'est certainement la plus grande satisfaction qu'on peut ressentir... »

Repères

- Né à Beloeil

- Âgé de 45 ans

- Conjoint de Sophie Morin et père de deux garçons : Vincent (17 ans) et Justin (16 ans)

- Diplömé en éducation physique de l'Université de Sherbrooke (1990)

- Enseignant à temps plein en santé globale et en sports-études au Triolet

- Instigateur de la concentration basketball-études

- Récipiendaire du Prix d'excellence de la CSRS 2010

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer