Réinventer l'entrepreneuriat

Bernard d'Arche et Cécile Branco... (Fournie)

Agrandir

Bernard d'Arche et Cécile Branco

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) Au deuxième étage de la Caisse Desjardins du Granit, à Lac-Mégantic, se vit une aventure entrepreneuriale pour le moins inattendue en région.

Le Centre magnétique veut contribuer à briser l'isolement des travailleurs autonomes en leur offrant des bureaux partagés et un espace de réseautage et de socialisation.

Outre ce concept de coworking - répandu dans la métropole, mais « inexistant » dans des villes de moins de 25 000 habitants, soulignent ses cofondateurs -, le Centre magnétique démarre en ce début d'année le premier accélérateur d'entreprises artisanales au Québec, baptisé Quartier artisan, créé en collaboration avec le Pôle entrepreneuriat de HEC Montréal et parrainé par le réputé designer Jean-Claude Poitras.

« On veut positionner Lac-Mégantic comme la capitale du fait à la main », visent Bernard d'Arche et Cécile Branco, qui ont constaté que ce secteur d'activités bénéficie de peu de soutien à l'heure actuelle, même s'il enregistre une croissance mondiale de 23 pour cent.

« Il y a toute une génération de jeunes néo-ruraux qui veulent bénéficier d'une qualité de vie supérieure et pouvoir développer leur entreprise tout en diminuant les coûts de démarrage et d'exploitation. La ruralité répond à ce besoin parce que tant qu'ils ont une poste, une connexion internet et un toit, c'est tout ce dont ils ont besoin. Il s'agit de tourner l'isolement géographique de Lac-Mégantic en un avantage. »

Le Centre magnétique était au départ un travail des deux étudiants à l'Université McGill.

C'était à l'hiver 2014 ; la tragédie de Lac-Mégantic était sur toutes les lèvres. « Ni Cécile ni moi n'avions jamais mis les pieds ici, mais on a voulu voir si on pouvait faire quelque chose pour contribuer à la reconstruction et à la relance de cette ville », relate M. d'Arche.

Inauguré en novembre 2015, le Centre magnétique a doublé ses bureaux à la fin de 2016 et vient d'embaucher une troisième ressource pour animer les lieux.

La première cohorte du Quartier artisan entamera sa formation en février et les cofondateurs mènent de front un projet de relocalisation dans le centre-ville nouveau qu'ils espèrent concrétiser en début de 2018.

Conscients d'avoir joué d'audace avec tout ce projet, M. d'Arche et Mme Branco peuvent se targuer d'avoir visé juste. Ils ont même réuni du financement à hauteur de 200 000 $ pour l'année en cours, via les organisations établies que sont Desjardins, Emploi Québec, la Société d'aide à la collectivité du Granit (SADC), la Société de développement économique du Granit (SEDG) et les ministères économiques de Québec et Ottawa.

« Il y avait peut-être un peu de méfiance dans la communauté au début, dit Bernard d'Arche. Mais en ne lâchant pas le morceau, on a démontré qu'on était là pour rester. Et ç'a été toute une expérience entrepreneuriale pour nous aussi ! Le fait qu'on ne soit pas partis quand il y a eu des bas, ça nous a donné beaucoup de légitimité et le respect de la communauté qui nous entoure. Si on avait eu 40 ans et 20 ans d'expérience derrière nous, il n'y aurait peut-être pas eu cette méfiance, mais on ne serait pas arrivé à ce résultat non plus. »

Un an plus tard, il reste beaucoup à faire, mais le duo ne craint pas de se retrousser les manches.

Bernard d'Arche se donne encore quelques années pour bien implanter le Centre magnétique dans son milieu, après quoi il envisage de passer le relais pour rentrer chez lui en Europe faire son MBA.

Cécile Branco, qui a fait des artisans et de l'écosystème qui les soutient son sujet de maîtrise, entend quant à elle rester près du Quartier artisan tout en menant d'autres projets personnels.

« Si on réussit notre mission ici, fait valoir Bernard d'Arche, je pense qu'on pourrait voir naître plusieurs centres magnétiques ailleurs. Parce que les défis de main-d'oeuvre et de développement économique existaient à Lac-Mégantic avant la tragédie et ils sont partagés par plusieurs zones rurales, partout à travers le monde. »

Repères

Cécile Branco :

  • Âgée de 25 ans;
  • Née à Montréal, elle y habite toujours;
  • Poursuit des études de maîtrise en tant que boursière à HEC Montréal.

Bernard d'Arche :

  • Âgé de 23 ans;
  • Né en Italie, il a grandi en Suisse, en Pologne et en France avant d'arriver à Montréal à l'âge de 17 ans pour étudier à l'Université McGill ; 
  • Siège au conseil d'administration de la Caisse Desjardins Région Mégantic comme jeune de la relève ;
  • Est hôte des CreativeMornings pour Lac-Mégantic, un mouvement présent dans 157 villes au monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer