Leader dans sa communauté d'affaires

François Gouin a appliqué à la diversification économique... (La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

François Gouin a appliqué à la diversification économique la même recette qui lui a permis d'amener sa propre entreprise à un haut niveau d'excellence : vision, détermination, constance et concertation.

La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Président de l'entreprise ABS Remorques, François Gouin est un phare pour les entrepreneurs et les développeurs de la région des Sources autant par le succès de son entreprise que par son implication dans le développement économique de sa région, une contribution reconnue dans sa communauté.

Alors qu'à l'automne 2012 le gouvernement du Québec annonçait le retrait du prêt de 55 M$ consenti à l'entreprise minière Mine Jeffrey et anéantissait tout espoir de la relance de l'exploitation du chrysotile à Asbestos, le milieu des affaires, à la suite d'un exercice de concertation, avait établi un consensus pour réclamer une aide aux instances gouvernementales afin d'accélérer la diversification économique du milieu et évitant par des actions positives de briser des ponts avec le nouveau gouvernement de l'époque.

Parmi eux, un industriel, François Gouin, acceptait de se placer sur la ligne de front acceptant la présidence de la Table de diversification de la MRC des Sources après l'obtention d'un fonds de 50 M$ dédié à cette diversification. Le mandat de cette table était d'élaborer et de mettre en oeuvre la stratégie de relance économique de la MRC des Sources.

« Après la fermeture de la mine, la plus mauvaise nouvelle reçue tant pour le président de Mine Jeffrey, Bernard Coulombe, les employés de la minière, la population et le milieu commercial et industriel, il n'était pas question de rester les bras croisés. Même si on rejetait un affrontement avec le gouvernement, le défi était gigantesque. J'ai choisi de m'engager pour ce renouveau économique avec une équipe de choix », dit-il en soulignant le grand désarroi qui régnait alors dans le milieu.

« Cette expérience m'a fait grandir, m'a fait sortir de ma zone de confort. J'ai côtoyé les gens de divers ministères, lesquels, je l'ai constaté, avaient un préjugé favorable face à la relance souhaitée de notre région. Je suis heureux que notre comité ait donné un alignement à la diversification préconisée et se soit placé en position pour intervenir activement, donnant un message important à la population, celui de garder l'esprit ouvert, de poser des actions positives pour notre avenir. Au bout de quelques années, la perception des instances gouvernementales était telle que notre façon de faire, de s'orienter, a été si bien reconnue qu'elle a servi de modèle à une autre région. »

Ce modèle était structuré de la présence de gens de l'industrie, du milieu des affaires et de ressources d'instances administratives régionales. « Ce modèle a donné ses fruits et répond aujourd'hui encore aux attentes avec encore d'autres dossiers à compléter, des créations d'emplois tant par de grosses que de petites entreprises, et aussi par la croissance des entreprises déjà existantes. Je tiens à souligner la contribution de la ministre de l'époque déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Élaine Zakaïb, qui n'a pas eu peur de venir dans la région, qui a favorisé l'obtention du Fonds de diversification à la suite de notre rapide réaction après le retrait du prêt à Mine Jeffrey. »

François a appliqué à la diversification économique la même recette qui lui a permis d'amener sa propre entreprise à un haut niveau d'excellence : vision, détermination, constance et concertation. L'industriel a une opinion élevée du potentiel de sa région et des entrepreneurs qui l'habitent. Dans ses projets, il revient toujours à la charge, contournant les obstacles, patiemment, sans jamais relâcher la pression ni quitter sa vision des yeux.

Il est un leader dans la communauté d'affaires de la région. Il retire une grande fierté de réaliser la majorité de ses achats dans les commerces locaux dans la mesure du possible et de sous-contracter des étapes de la fabrication des produits d'ABS Remorques dans des entreprises de la région. François Gouin se veut un grand promoteur de la synergie des entreprises du parc industriel d'Asbestos.

Fondée en 1981, la compagnie ABS Remorques a, sous sa gouverne, transformé une entreprise qui offrait des services de sablage de surfaces métalliques en une entreprise prospère produisant des semi-remorques à convoyeur reconnues très largement sur le marché canadien et effectuant des percées en dehors du Canada. « Notre entreprise est en forte croissance, mon retrait récent de la Table de diversification économique y est relié. Nous vivons une période de croissance exponentielle. Des investissements importants ont été faits et d'autres sont en cours pour augmenter notre production », mentionne-t-il.

« Sans vouloir me pavaner, je suis fier du produit, de mes employés, du travail effectué par l'équipe et que cette entreprise soit devenue un chef de file en matière de fabrication de remorques à convoyeur au pays ».

François Gouin a maintenant passé le flambeau de la présidence de la Table de diversification économique à Alain Lemaire, laissant une fondation solide et prête à entreprendre une nouvelle étape avec une nouvelle image pour la région des Sources.

Repères

Natif d'Asbestos, 55 ans;

Marié à Pauline Messier;

Père de trois enfants, deux filles, un garçon;

Président de l'entreprise ABS Remorques;

Ex-président de la Table de diversification économique de la MRC des Sources.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer