Améliorer le monde en transformant les mers

Dragan Tutic et Renaud Lafortune... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Dragan Tutic et Renaud Lafortune

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « On se démarque par notre produit qui est vraiment bénéfique pour une grande quantité de gens dans le monde. L'accès à l'eau potable n'est pas un enjeu au Québec, mais on a voyagé et on voit le potentiel. Je crois qu'on est capable d'exporter la matière grise sherbrookoise de manière à faire bénéficier la planète de notre savoir-faire et de notre créativité. C'est le devoir de notre génération d'essayer d'améliorer les choses », explique Renaud Lafortune, qui a cofondé Oneka Technologies avec son copain d'université Dragan Tutic.

Et améliorer les choses pour la génération des fondateurs d'Oneka,qui sont âgés de 25 ans, c'est notamment de rendre accessible l'eau potable à tout un chacun sans contribuer pour autant au réchauffement climatique.

La solution de l'entreprise sherbrookoise prend la forme d'une unité de dessalement flottante alimentée par le mouvement des vagues.

« La mer n'était pas utilisée pour faire de l'eau potable, car c'était très énergivore. D'un autre côté, plusieurs technologies utilisaient les vagues pour faire de l'électricité. On a décidé de prendre le meilleur des deux mondes et de faire de l'eau potable avec les vagues », note Dragan.

« Notre système crée zéro pollution et est deux fois moins coûteux. En fait, il fonctionne uniquement de façon mécanique, contrairement aux systèmes de dessalement existants qui sont très énergivores et qui utilisent des ressources non renouvelables, souvent du pétrole. C'est assez simple », renchérit Renaud avant que son complice profite du moment pour citer Léonard de Vinci qui disait que « la simplicité est la sophistication suprême ».

Selon l'Organisation des Nations unies (ONU), près de 800 millions de personnes restent privées d'eau potable dans le monde. Et si 1 % de la population vit grâce au dessalement de l'eau aujourd'hui, le pourcentage montera à 14 en 2025.

La course est ouverte

La technologie derrière Oneka est née en 2012 dans les murs de la faculté de génie de l'Université de Sherbrooke. Grâce à l'Accélérateur de création d'entreprises technologiques, le projet universitaire a évolué et est devenu un projet d'affaires.

Oneka termine le développement du système et un brevet est déjà déposé aux États-Unis. L'entreprise sherbrookoise n'est pas la seule à vouloir transformer les mers en eau potable de façon environnementale. Alors la course est ouverte et le premier qui commercialisera un produit efficace s'attaquera au marché.

« Pour les premières années, les communautés insulaires, comme la Martinique, Haïti, Cuba, les Philippines, seront nos marchés cibles. Notre produit sera aussi très utile pour les communautés victimes de catastrophes naturelles ou de guerres. Dans un contexte où les infrastructures ont été détruites, notre système pourra être installé facilement et rapidement », souligne Renaud en ajoutant que le carnet de commandes d'Oneka compte déjà une dizaine de clients « qui ont l'eau à la bouche ».

« Il y a un cercle vicieux qui se crée, car le réchauffement climatique fait en sorte qu'il manque d'eau. Et pour en produire, les systèmes actuels créent de la pollution. Ça ne finit plus. Mais Oneka vient rompre ce cycle », soutien Dragan.

L'unité de dessalement d'Oneka a une capacité de production quotidienne de 10 000 litres d'eau potable, ce qui peut abreuver environ 2000 personnes. Elle a un diamètre d'environ trois mètres et pèse une tonne. Le retour sur investissement estimé est de trois ans pour les entreprises, tels les réseaux hôteliers, qui remplaceraient leur système par celui d'Oneka.

Mais avant que le monde s'améliore grâce à Oneka, l'entreprise doit terminer le développement de son système. Une ronde de financement suivra et la commercialisation est prévue pour 2017. Un centre d'assemblage à Sherbrooke verra alors le jour, mais il est encore trop tôt pour chiffrer les investissements nécessaires et le nombre d'emplois qui seront créés.

Mais déjà il est permis de croire que Renaud Lafortune et Dragan Tutic sont d'une génération qui rime avec innovation.

Repères

Fondée en 2015, l'entreprise Oneka Technologies est le fruit d'un projet universitaire entamé en 2012;

Âgés de 25 ans, ses fondateurs sont diplômés en génie mécanique à l'UdeS;

En 2016, Oneka a remporté la Bourse Pierre-Péladeau d'une valeur de 50 000 $;

L'entreprise est lauréate du grand Prix LOJIQ 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer