Voie de contournement à 115 M$: un maire satisfait, un maire déçu

Le maire de Nantes est satisfait des conclusions de la première étape de... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Le maire de Nantes est satisfait des conclusions de la première étape de l'étude de faisabilité pour une voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic.

Jacques Breton se propose même d'amener le dossier au congrès de la Fédération québécoise des municipalités cet automne pour obtenir des appuis supplémentaires puisqu'il faudra bien convaincre les gouvernements supérieurs d'accepter le projet et d'ouvrir les goussets.

«Des murs de béton, dit-il, c'est une très mauvaise idée! Le corridor 1 (privilégié), c'est ce que ça prend pour ramener un peu de quiétude à Lac-Mégantic. Maintenant, 115 millions $, c'est la bataille qui reste à faire.»

M. Breton, rappelons-le, avait obtenu de la FQM l'an dernier qu'elle réclame des actions pour améliorer la sécurité ferroviaire. Il souligne du même souffle qu'il a pu s'entretenir la semaine dernière avec le ministre des Transports Marc Garneau, alors qu'il était de passage à Lac-Mégantic.

Le maire se sent d'autant plus concerné que la voie ferrée passe pratiquement dans la cour arrière de sa résidence, à Nantes, et que c'est seulement ces derniers jours que la CMQ y a fait des travaux de réfection.

«Je vais continuer mes revendications auprès du gouvernement fédéral, précise M. Breton, et je vais préparer le plan de match avec mon conseil municipal pour pousser le dossier à la FQM.»

Son homologue de Frontenac, Jean-Denis Cloutier, était nettement plus déçu mardi soir.

«Je ne me ferai pas d'amis ici ce soir, mais le tracé passe très près d'un développement résidentiel à Frontenac et on veut amener le train là? On ne peut pas dire qu'on est heureux», réagit-il en montrant sur la carte que sa propre maison se retrouve près du tracé privilégié.

«On va s'asseoir avec les citoyens concernés pour voir ce qu'ils en pensent, mais on part avec deux prises contre nous», évalue le maire Cloutier.

«Et puis si le chemin de fer avait été en bon état et si Transports Canada n'avait pas permis qu'il y ait seulement un chauffeur à bord, on n'en serait pas là aujourd'hui», n'a-t-il pas manqué de rappeler dans un grand soupir.

ESTIMATION PRÉLIMINAIRE DES COÛTS (EN M$)

Scénarios de voies de contournement ferroviaire

Voie ferrée 14

Terrassement et drainage 40

Ponts et étagements 26

Environnement 6

Route d'accès et maintien de circulation 5

Frais connexes (ingénierie, acquisitions, autres contingences) 24

TOTAL 115

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer