Un chef de file à l'égard du bien-être

Jean-Paul Nadeau... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Jean-Paul Nadeau

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Si l'on mesure la qualité d'une vie à la somme de ses engagements, on peut dire sans se tromper que Jean-Paul Nadeau mène une vie drôlement bien remplie.

À 75 ans bien sonnés, cet enseignant à la retraite est la preuve vivante que le bénévolat peut être une source de bien-être non seulement pour ceux qui en profitent, mais aussi pour ceux qui le pratiquent.

Depuis bientôt 21 ans, à raison de quatre jours par semaine, Jean-Paul Nadeau consacre son temps à garder la forme et à aider ses semblables à faire de même. Son engagement au sein de Sercovie ou encore auprès du club Les Côteux contribue à améliorer la qualité de vie des personnes âgées de 50 ans et plus.

Son implication touche à plusieurs facettes de l'activité physique. Que ce soit en vélo, à pied ou en ski de randonnée, Jean-Paul Nadeau coordonne et encadre plusieurs groupes de façon à ce que chaque participant puisse y trouver son compte, quelle que soit sa condition physique.

Avant même que la science ne préconise un vieillissement actif et en santé, Jean-Paul Nadeau avait compris l'importance de bouger et d'être en action.

« J'ai toujours été un sportif et j'ai toujours aimé le plein air », raconte le septuagénaire dont la carrure témoigne des bienfaits des nombreuses activités physiques qu'il pratique. « Pour moi, il n'a jamais fait aucun doute dans mon esprit que de faire de l'activité physique, c'est bon non seulement pour le corps, mais aussi pour le moral », indique-t-il en posant le doigt sur sa tempe.

Sa passion pour l'activité physique ne pouvait toutefois se vivre en solitaire. Pour lui, il allait de soi qu'il devait en partager les bienfaits avec ses semblables. D'où l'idée d'intégrer ses activités au bénévolat.

« Lorsque j'étais enseignant, je me suis toujours dit qu'à ma retraite j'allais faire du bénévolat. Je ne savais pas trop où ni comment, mais une chose était claire dans ma tête : je n'allais pas rester assis... »

C'est en suivant des séances de réadaptation à la piscine de l'Hôtel-

Dieu, à la suite d'un accident avec une scie à chaine, qu'il découvre l'existence de Sercovie, dont les locaux sont situés au coin des rues Murray et du Conseil. Il décide de s'y impliquer.

« Quand je suis arrivé ici, j'ai vu qu'il y avait plein de gens dynamiques et beaucoup d'activités. Ça m'a tout de suite plu... »

Ceux et celles qui, depuis 20 ans, bénéficient de sa présence et de son attention lors des activités vantent son grand sens de l'engagement et sa préoccupation à l'égard de la sécurité et du bien-être des participants. Pour ce faire, il expérimente d'abord lui-même toutes les pistes, sentiers ou les circuits qui seront proposés aux participants, selon le degré d'endurance de chacun. En offrant un encadrement sécuritaire, on facilite la pratique et on favorise la participation, souligne-t-il.

Semaine après semaine, saison après saison, Jean-Paul Nadeau estime à environ 200 le nombre de personnes qu'il accompagne à travers une douzaine de groupes.

« Pour moi, ce n'est pas une corvée. J'y trouve mon plaisir et ça me garde en santé. En plus, quand tu aides d'autres personnes à s'accomplir, ça te donne toujours une grande satisfaction. »

Outre le sport et le bénévolat, Jean-Paul Nadeau est aussi un grand voyageur devant l'éternel. Après avoir visité une quarantaine de pays en motorisé en compagnie de son épouse, le couple s'apprête à s'envoler vers l'Europe pour un périple sur la Méditerranée.

« Je pense que je peux dire que j'ai une vie bien remplie », de dire Jean-Paul Nadeau en ne donnant aucunement l'impression de vouloir ralentir.

Repères

- Né à Saint-Modeste (non loin de Rivière-du-Loup);

- A enseigné les sciences dans plusieurs écoles, dont Valcourt, du Triolet, Carillon, Bussières et Saint-Jean-Baptiste;

- Reconnu pour son implication bénévole par Sercovie et la Ville de Sherbrooke;

- Père de deux garçons et grand-père de trois petits-enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer